C’est une lourde bataille judiciaire qu’est en train de perdre le géant des réseaux sociaux. En effet, Facebook aura tout tenté pour mettre fin à un recours collectif dans l’État de l’Illinois, en vain. L’entreprise est accusée d’avoir abusé de la reconnaissance faciale à partir de photos téléchargées sur sa plateforme. Facebook pourrait verser jusqu’à 35 milliards de dollars (31,5 milliards d’euros) de dommages et intérêts aux habitants concernés.

La reconnaissance faciale dérange

Les accusations des habitants de l’Illinois sont claires : Facebook n’a pas demandé leur consentement pour utiliser leurs photos dans le but d’analyser leurs visages à l’aide de la reconnaissance faciale. Les données collectées auraient ensuite été conservées sans que les habitants de l’Illinois n’en aient jamais été informés. Ces opérations durent depuis 2011… 7 millions de personnes sont touchées par cette pratique qu’ils considèrent “abusive”. Chacune d’entre elles pourrait toucher entre 1 000 et 5 000 dollars (entre 869 et 4 480 euros) de dommages et intérêts.

Alors que Facebook tentait de faire appel de la décision prise, un jury de 3 juges a rejeté le recours entrepris par le réseau social. L’un de ces juges a même déclaré que grâce aux données collectées par la reconnaissance faciale, il “semblait probable” qu’elles puissent être utilisées à d’autres fins. Notamment pour identifier les personnes concernées sans qu’elles ne le sachent ou même pour déverrouiller un smartphone biométrique sécurisé.

Cette fonction de reconnaissance avait à l’origine été créée pour alimenter les suggestions d’identification sur une photo. Concrètement, cette technique permettait à une intelligence artificielle de proposer le nom d’une personne, dans le but de l’identifier sur une photo. Le journaliste Nicolas Iovino a réussi à se procurer l’annonce officielle des juges :

C’est une amende record pour Facebook qui se profile

Un porte-parole de Facebook s’est exprimé sur le sujet et précise que : “Facebook n’a jamais caché à ses utilisateurs cette technologie de reconnaissance faciale. De plus, nous leur avons même donné le contrôle sur l’utilisation qui en est faite. Nous sommes en train de revoir les recours possibles car nous comptons bien continuer de nous défendre vigoureusement“.

Cette affaire traîne depuis 2015. Cette fois-ci Facebook semble être dans une mauvaise posture et pourrait verser les dommages et intérêts réclamés par les plaignants. La menace d’une amende record à 35 milliards de dollars a contribué à une baisse de 2,25 % du cours des actions pour Facebook.