C’est une nouvelle qui va dans le bon sens pour les utilisateurs d’Instagram et pour la protection de leur vie privée. En effet, le réseau social vient d’annoncer qu’il est désormais possible de choisir si nous voulons partager nos données personnelles avec des applications tierces, ou non.

Objectif : protéger notre vie privée

Dans sa politique pour améliorer la vie privée des utilisateurs, Facebook (le propriétaire d’Instagram) veut donner plus de contrôle à ses utilisateurs. Cette nouvelle mesure concerne Instagram. En effet, vous savez désormais avec précision les données qui sont collectées sur votre profil et par quelle entreprise. Ce n’est pas tout : vous êtes en capacité d’empêcher telle ou telle application tierce d’y accéder.

En mai dernier une faille avait exposé les données de 350 000 influenceurs sur Instagram. Une base de données hébergée sur AWS (Amazon Web Services) avait été rendue publique pendant environ 72 heures. Ce genre de fichier est une petite mine d’or. Une fois de plus, c’était un chercheur en sécurité, Anurag Sen, qui découvrait la faille à l’époque. Le propriétaire du fichier était une agence de social media basée à Mumbai et dénomée Chtrbox. Voici le communiqué publié suite à cette faille :

La fin des scandales sur Instagram ?

C’est précisément ce genre de scandale qu’Instagram veut éviter de revivre. En rendant plus strict son système de partage de données, le réseau social espère améliorer la vie privée de ses utilisateurs. Pour utiliser cette nouvelle fonctionnalité, il faut que vous alliez dans “Paramètres” > “Sécurité” > “Applications et sites Web”. Ensuite vous pourrez décocher le partage des données avec les applications tierces de votre choix.

Cette mesure est certainement une réaction directe au scandale HYP3R. Souvenez-vous, en août dernier nous apprenions que cette agence de marketing de géolocalisation américaine avait collecté et stocké les stories et la localisation de millions d’utilisateurs Instagram. HYP3R a profité de son accès privilégié ainsi que d’une “combinaison d’erreurs de configuration et d’une supervision laxiste” de la part d’Instagram, pour collecter ces données. L’entreprise avait également réussi à accéder aux informations publiques des profils comme les biographies, les followers ou encore la localisation des utilisateurs.

Cette nouvelle mesure ne signifie pas forcément que nous ne vivrons plus jamais de scandales sur cette plateforme sociale. En revanche, cela devrait permettre aux utilisateurs de prendre conscience que leurs données sont réellement collectées et de comprendre ce qui intéresse réellement les applications tierces avec lesquelles Instagram travaille. La prudence devrait donc être le maître mot dans les mois à venir.