L’artiste Sham00k et l’acteur Jim Meskimen se sont associés dans le but de révéler au grand public à quel point les deepfakes pouvaient être dangereuses.

Les deux hommes ont utilisé cette technique d’intelligence artificielle qui consiste à superposer des images et des vidéos existantes sur d’autres images et/ou vidéos pour faire dire ce qu’on veut à n’importe qui. Ils ont imité 20 célébrités de façon extrêmement convaincante.

20 célébrités ont été imitées à la perfection

Ensemble, ils ont réussi à rendre ces vidéos parfaitement réalistes. Leurs résultats ont été partagés dans une vidéo publiée par la suite sur YouTube. Jim Meskimen s’est chargé d’imiter les voix des célébrités choisies. En parallèle, le logiciel d’intelligence artificielle reproduisait à la perfection les traits du visage des 20 célébrités. Parmi ces dernières, nous retrouvons notamment : George Clooney, Nicholas Cage, Colin Firth, Robert De Niro, Nick Offerman, Arnold Schwartzenegger, Robin Williams ou encore George W. Bush.

Dans cette vidéo, Jim Meskimen montre les capacités qu’offre un logiciel d’intelligence artificielle pour créer des deepfakes. Son but est évidement de prouver à tous les dangers de cette technologie. Des heures et des heures de travail ont été nécessaires pour arriver à un tel résultat, mais les deux hommes y tenaient.

Plus précisément, ce sont 250 heures de travail qui ont été nécessaires pour effectuer cette vidéos. Les deux hommes précisent qu’ils ont dû analyser 1 200 heures de vidéo et 300 000 images. Ils ont finalement créé près d’un To (téraoctet) de données.

Dans cette vidéo, l’artiste Sham00k a voulu expliquer comment ils étaient arrivés à de tels résultats en détaillant les techniques utilisées :

Les législateurs américains s’emparent du sujet

En Californie, les autorités légifèrent actuellement sur les deepfakes politiques et pornographiques. En effet, le gouverneur démocrate de Californie, Gavin Newson, a ratifié le 3 octobre deux lois contre les deepfakes

Concrètement, la première loi consiste à rendre illégal la distribution d’une vidéo “manipulée” dans le but de discréditer un candidat dans les 60 jours qui précèdent une élection. La seconde loi vise à encadrer l’usage de cette technique dans la pornographie. Tout Californien dont l’image est utilisée à ses dépens dans une vidéo pornographique grâce au deepfake pourra poursuivre le responsable.

Il reste bon de préciser que pour l’instant, les deepfakes sont majoritairement utilisés pour créer des contenus pornographiques. Seules 4% des vidéos publiées le sont dans un cadre politique, et bien souvent humoristique.