Le secteur du jeu vidéo représente aujourd’hui un marché colossal. Certaines plateformes permettent à des joueurs de streamer, c’est-à-dire se filmer lorsqu’ils jouent. Ils peuvent ainsi échanger avec leur communauté, réaliser des partenariats avec des éditeurs, mais surtout gagner de l’argent.

On peut penser à des acteurs majeurs comme Twitch, YouTube ou encore Mixer.

Facebook qui a lancé, Facebook Gaming il y a plus d’un an, semble également prendre des parts de marché et serait, d’après Business Insider, plus rentable pour les joueurs que Twitch ou Youtube.

Facebook Gaming : l’acteur discret qui se développe de son côté

Sur mobile ou ordinateur, Facebook propose un onglet autour des jeux. Nommé Facebook Gaming, ce dernier permet de jouer à des jeux, ou bien de regarder “des vidéos de jeux”. Il est possible de regarder en live des joueurs mis en avant par Facebook, ou bien de trouver des streams en fonction des jeux ou des streamers.

Certains de ces joueurs qui diffusent sur Facebook Gaming sont rémunérés.

Deux possibilités pour être rémunérés via Facebook Gaming

Une partie appartient au programme LevelUp, qui permet de développer une communauté et monétiser les streamings. Pour entrer dans ce programme, il faut cependant respecter certaines conditions comme avoir une page “Créateur de vidéos de jeux”, avoir streamer pendant au moins 4 heures durant les 14 derniers jours…  Il existe également des programmes partenaires, dans lesquels les steamers disposent d’un contact chez Facebook, bénéficient d’un soutien financier en plus et testent les nouveautés de la plateforme. Ils signent ainsi un contrat et doivent respecter des quotas de diffusion.

Les joueurs peuvent gagner de l’argent sur Facebook Gaming par divers moyens :

  • Les Étoiles Facebook : envoyées par les utilisateurs, elles permettent aux streamers de recevoir 0,01 $ à chaque fois qu’un utilisateur envoie une étoile. Les étoiles s’achètent sous forme de packs : 100 étoiles pour 1,28 € jusqu’à 19 425 étoiles pour 182,27€.
  • L’abonnement : les utilisateurs peuvent payer un abonnement mensuel de 1,99 euros à un streamer pour le soutenir
  • La publicité, même si c’est un revenu indirect, les streamers peuvent glisser des publicités durant leur streams
  • Utiliser des plateformes comme Patreon ou les dons Paypal

À noter pour le moment les abonnements et publicités sont testés en bêta fermée.

Facebook a également lancé une application dédiée à Facebook Gaming, actuellement testée dans trois marchés, dont le Brésil.

Une plateforme plus rentable pour les streamers

Twitch, rachetée en 2014 par Amazon est le leader du streaming de jeux vidéo. Même si la plateforme a perdu son joueur phare, Ninja qui a rejoint la plateforme de Microsoft, Mixerr, Twitch est la référence en matière de gaming.
Il semblerait que Facebook soit pourtant une plateforme plus intéressante d’un point de vue monétisation certes, mais également communautaire d’après certains streamers…

Avec la possibilité de crossposter les lives dans des groupes, sur sa page créateur Facebook ou encore via l’onglet Facebook Gaming, les joueurs ont la possibilité d’atteindre une cible assez large. Facebook reste le plus grand réseau social au monde et dispose donc d’une audience conséquente.

Tommothy Havlock, un streamer sur Facebook Gaming (qui a quitté Twitch) explique “j’ai beaucoup de gens dans ma communauté qui ne jouent même pas aux jeux vidéo. Ils ont trouvé mon contenu sur Facebook et ils ont vraiment aimé ça et ils ont aimé la communauté alors ils sont restés ». Dans les chiffres, il a réussi à passer de 0 à 500 000 abonnés en à peine an sur Facebook, contre 160 000 en 4 ans sur Twitch.
Un autre utilisateur a expliqué qu’il réalisait “environ 2 à 3 fois plus de revenus publicitaires sur une vidéo de 3 minutes sur Facebook, que sur une vidéo de 10 minutes sur YouTube ».

Une communauté plus authentique et saine

Autre point souligné par les streamers, l’authenticité sur Facebook. Même si ce terme peut faire rire, sur Facebook, la majorité des utilisateurs utilisent leur prénom et nom. Il s’agit de leur réelle identité. Sur des plateformes comme Twitch ou YouTube, les utilisateurs ont tendance à se cacher derrière un pseudonyme et une identité virtuelle.

Ce point est discutable. Sur Twitch, même si les utilisateurs se cachent derrière des pseudos, nombreux sont ceux à nouer des liens avec les streamers, (pas comme Ninja, mais des streamers avec une communauté à taille humaine). Reste à voir si en terme de chiffres, Facebook arrivera un jour à la hauteur de Twitch et ses 15 millions de visiteurs uniques par jour.