Comme le rapporte le Science Daily, l’Australian Research Council (ARC) finance actuellement des recherches pour comprendre les origines d’une explosion ayant eu lieu dans la Voie Lactée il y a 3,5 millions d’années. Par ailleurs, les scientifiques sont convaincus que ce bouleversement a eu un impact sur d’autres galaxies que la nôtre.

Comment une telle explosion aurait-t-elle pu se produire ?

D’après les chercheurs australiens, cette explosion se serait produite il y a 3,5 millions d’années, au centre de notre galaxie. Cela semble être une éternité à notre échelle, pourtant à celle de notre galaxie c’est assez peu. Les scientifiques émettent l’hypothèse que cette violente déflagration aurait pu se produire à cause de l’activité nucléaire liée à la présence d’un trou noir nommé Sagittarius A.

Les chercheurs du Center of Excellence for All Sky Astrophysics in 3D, un laboratoire australien aussi appelé Astro 3D, sont convaincus que cet événement a également eu des conséquences sur deux galaxies naines qui se trouvent à proximité de la Voie Lactée. Il s’agit du Petit Nuage de Magellan et du Grand Nuage de Magellan. Une telle explosion aurait pu modifier les paramètres physiques qui les composent.

Joss Bland-Hawthorn, astronome et professeur à l’Université de Sydney, explique que : “cette explosion a dû être comme un gigantesque phare dans l’obscurité. Imaginez le noir complet et d’un coup quelqu’un allume un phare géant pendant une période assez courte. Dans l’idée, cette explosion a pu ressembler a quelque chose comme cela”.

Le cœur de la Voie Lactée serait en fait très “dynamique”

Lisa Kewley, directrice de l’Astro 3D explique que : “il y a 3,5 millions d’années, une énorme explosion d’énergie et de radiations est sortie du centre galactique pour pénétrer dans la matière environnante. Cela montre que le centre de la Voie Lactée est un endroit beaucoup plus dynamique que nous l’avions imaginé auparavant. Nous avons de la chance de ne pas y vivre”.

Pour Magda Guglielmo, co-autrice de la publication et chercheuse à l’Université de Sydney : “ces résultats changent radicalement notre compréhension de la Voie Lactée. Ces nouveaux résultats ouvrent plutôt la possibilité d’une réinterprétation complète de son évolution et de sa nature. Nous avons toujours pensé que notre galaxie était inactive, avec un centre très peu lumineux. Ces nouveaux résultats ouvrent au contraire la possibilité d’une réinterprétation complète de son évolution et de sa nature”.

En juillet dernier, des astronomes émettaient l’hypothèse que notre galaxie ait pu engloutir une autre galaxie naine : Gaia-Enceladus. En effet, les chercheurs de l’Instituto de Astrofisica de Canarias (IAC) faisaient cette révélation dans un article publié dans Nature Astronomy. On peut y lire les résultats des recherches de ces scientifiques qui estiment que notre galaxie aurait englouti une autre galaxie naine, il y a de cela près de 10 milliards d’années. Nous ne sommes pas au bout de nos surprises concernant la constitution et l’évolution de notre Voie Lactée.