Un groupe de chercheurs de Stanford a développé un gel capable de réduire de manière considérable les incendies. En collaboration avec les agences locales des tests ont été menés pour évaluer l’efficacité du produit. Un bon moyen d’anticiper les feux de saison, et de faciliter le travail des pompiers.

Un bon moyen de prévention

Le principe est simple : rendre les arbres résistants au feu. Les scientifiques ont mélangé des composants capables f’agir comme un filtre protecteur :  des polymères de cellulose, (extraits de plantes) et des particules de silice mixés avec un fluide agissant comme un retardateur de flammes.

Le gel ainsi formé peut ensuite être vaporisé, de la même manière qu’on utilise certains produits anti-flammes à l’heure actuelle. À cette différence près qu’au lieu d’être utilisé pendant la propagation d’incendies, ce gel pourra être déployé de manière préventive. L’équipe de chercheurs ajoute que le produit est non toxique, et biodégradable.

Le gel d’abord testé sur des plantes en laboratoire, a ensuite été utilisé sur des parcelles d’herbes en Californie, sous la surveillance des équipes locales de pompiers. Les tests ont été jugés concluants car le produit résiste aux vents et à plus d’un centimètre de pluie (plus de 1,27 cm précisément, soit 0,5 pouces). Il suffirait donc d’une seule pulvérisation pendant la saison des feux, d’après le rapport établi par l’équipe.

Les incendies causés par les humains deviennent très préoccupants, et sont de plus en plus nombreux. Des milliers d’hectares sont ainsi détruits chaque année, aggravant au passage le problème du réchauffement de la planète, ajoutent les scientifiques.

Les feux démarrant régulièrement dans les mêmes endroits, les agences seraient donc en mesure de cibler certains espaces pour déployer le produit. Une réelle manière d’agir en guise de prévention.

Si 2019 est plutôt considérée comme une période calme, ce n’est pas le cas des deux dernières années, durant lesquelles la Californie a particulièrement été marquée par les incendies. En 2018, la lutte fédérale contre les incendies a coûté 3 milliards de dollars dans toute la province. Record jamais atteint jusqu’à cette date.

Une solution qui permettrait de réelles économies, en plus d’offrir un moyen de prévention unique : « nous n’avons pas d’outil [de prévention] équivalent » explique Alan Peters, chef de division des pompiers à San Luis Obispo, qui a piloté les tests du produit. Espérons que ce gel puisse être commercialisé rapidement, et pas seulement aux États-Unis.