Un groupe de scientifiques appartenant à l’Université de Fudan, basée à Shangai et à l’Institut Changchun, ont inventé une caméra capable de pratiquer la reconnaissance faciale à haut niveau. Disposant de 500 megapixels, elle pourra être utilisée pour la surveillance de grands rassemblements. Pouvant capturer de manière extrêmement précise les détails d’un visage, et de les transformer en données faciales, les chercheurs mettent en avant son utilité dans les stades notamment, mais pas que…

Une caméra puissante, dotée d’un système d’intelligence artificielle

La caméra en question serait capable selon le rapport avancé par ses créateurs de faire un panoramique en capturant de manière claire et précise, chaque visage présents sur la photo. Dotée de 500 mégapixels, elle serait 5 fois plus puissante que l’oeil humain.

Également dotée de capacités en intelligence artificielle, un système de reconnaissance faciale lui a été intégré. Reliée à un système de mémoire collective réagissant en temps réel, la caméra serait capable de détecter et d’identifier les visages humains et les objets inclus dans les données. Elle serait donc capable de retrouver des personnes ou des objets ciblés.

Zeng Xiaoyang, un des chercheurs ayant participé au projet, précise que la caméra pourrait être utilisée par la police chinoise dans le centre de Shangai, et prévenir ainsi de multiples incidents. Et d’ajouter qu’elle pourrait également être utilisée à des fins militaires dans un programme de défense national.

La reconnaissance faciale est déjà très répandue en Chine. D’ici 2020 le pays compte installer 450 millions de caméras de surveillance. Il est donc fort probable que le prototype proposé intéresse les autorités, celles-ci prônant régulièrement les besoins en sécurité nationale au détriment de la vie privée de ses citoyens.

La Chine a pour objectif de distinguer les « bons » des « mauvais » citoyens. Et plutôt que de faire appel à leur sens civique, le gouvernement a décidé d’employer un système légèrement plus autoritaire, en instaurant un système de points. Qu’il s’agisse de traverser un passage piéton alors que le feu n’est pas au vert, de diffuser de fausses informations, ou de ne pas payer ses amendes, les chinois sont soumis à des malus. C’est ainsi qu’en guise de réprimande, 23 millions de personnes mal notées ont été privés d’accès aux trains et aux avions. Il est possible également qu’une mauvaise notation puisse conduire au refus d’un emploi ou d’un crédit bancaire.
Des caméras dotées d’intelligence artificielle et capables de reconnaitre précisément les citoyens, seront donc inévitablement très appréciées par le gouvernement. Les citoyens de Hong-Kong luttant entre autres contre cette surveillance exagérée, n’ont donc pas fini de manifester masqués.

Ailleurs dans le monde, la reconnaissance faciale pose problème car elle empiète littéralement sur le droit à la vie privée. C’est un droit qui fait appel à des notions démocratiques; fort heureusement encore prises très au sérieux par certains pays. En Angleterre par exemple celle-ci est régulièrement utilisée, mais vivement remise en cause, notamment par Elizabeth Denham, Commissaire au bureau à l’information (ICO). À San Francisco, la reconnaissance faciale a été bannie.