Alors qu’Amazon vient de dévoiler de nombreuses nouveautés liées à Alexa, Jeff Bezos a durant l’événement fait une apparition pour parler de la reconnaissance faciale. Comme le rapporte Vox, l’entreprise ou plutôt son service juridique travaille sur un ensemble de lois ayant pour but de réglementer l’usage de la reconnaissance faciale.

Amazon prend les devants

Une nouvelle peu surprenante car Amazon et Microsoft ont déjà demandé au gouvernement américain d’encadrer la reconnaissance faciale. En février dernier, Amazon donnait des directives pour l’encadrement de la technologie. Elle expliquait par exemple que l’utilisation de la reconnaissance faciale doit être conforme à la loi ou encore qu’un examen humain est nécessaire.
Cependant, Amazon développe une technologie nommée Rekognition et la commercialise. Cette dernière a plusieurs fois suscité les débats à cause des biais engendrés. Durant l’été 2018, l’outil d’Amazon a identifié 28 politiciens comme des suspects

Le reconnaissance faciale est un vrai sujet de société. Cette technologie de plus en plus utilisée est très controversée. Son utilisation a par exemple été interdit dans différentes villes, comme à San Francisco pourtant berceau de la tech.
En Europe, les choses bougent également. La Commission Européenne travaillerait sur une réglementation de la technologie.

Les gouvernements vont-ils réagir face à la montée de cette technologie ?

En rédigeant une loi, l’entreprise de Jeff Bezos espère bien que sa proposition sera adoptée en tant que loi. Il la présentera aux législateurs américains.
Le PDG d’Amazon a expliqué “c’est un exemple parfait de quelque chose qui a des utilisations vraiment positives, donc vous ne voulez pas mettre un frein à cela.Mais, en même temps, il y a aussi un potentiel d’abus de ce genre de technologie, alors vous voulez des lois. C’est une technologie classique à double usage.”

L’initiative est louable, qui mieux qu’une entreprise qui connaît la technologie et donc ses avantages et ses inconvénients pour la réguler ? Cependant, si cette idée se développe dans d’autres entreprises, allons-nous aller vers un monde où les géants de la tech se réguleront eux-mêmes ? D’autant plus qu’ils appliqueraient très probablement des réglementations faibles de manière à pouvoir utiliser les données des habitants à leur guise !