Volkswagen n’est pas le seul constructeur automobile à avoir triché sur les émissions polluantes de ses véhicules. Le groupe Daimler, dont la célèbre marque Mercedes-Benz appartient, a dû au moins rappeler 340 000 véhicules. La justice allemande a condamné le constructeur à une amende de 960 millions de dollars, soit 870 millions d’euros. Bien qu’impressionnante, celle-ci se situe dans la fourchette basse du montant initialement prévu par les procureurs allemands.

Daimler aurait fabriqué 700 000 véhicules “frauduleux”

11 millions de voitures dans le monde ont été touchées par les différents scandales liés aux tricheries qui consistaient à réduire frauduleusement les émissions polluantes (de NOx et de CO2) de certains des moteurs diesel et essence lors de tests d’homologation. Pour Daimler la nouvelle tombe 4 ans jour pour jour après que le scandale du dieselgate de Volkswagen ait éclaté au grand jour. Durant de nombreuses années, plusieurs constructeurs automobiles ont mené des efforts similaires pour tenter de contourner les réglementations.

D’après les autorités allemandes, 280 000 voitures Mercedes-Benz, notamment des classes C et E, ont été équipés d’un logiciel qui les rendaient plus propres. Ce n’est pas tout, Daimler a également dû rappeler 60 000 SUV GLK pour le même problème plus tôt cette année. En tout, le constructeur aurait fabriqué 700 000 véhicules “frauduleux” dans le cadre du dieselgate.

Quelle est réellement l’ampleur du scandale ?

En réalité, la justice allemande accuse Daimler d’avoir trafiqué le thermostat du liquide de refroidissement de ses véhicules. Les véhicules de la marque Mercedes-Benz construits entre 2012 et 2015 sont directement concernés par cette tricherie. Les thermostats utilisés sur ces modèles se retrouvent généralement sur les voitures équipées de convertisseurs catalytiques. Des véhicules qui n’utilisent pas de réduction catalytique sélective, une technique de réduction des émissions qui utilise l’urée (une molécule) pour réduire les oxydes d’azote sous une forme moins nocive.

C’est du moins ce que nous savons à l’heure actuelle. En effet, l’ampleur de la tricherie de Daimler est encore inconnue. Une enquête du ministère de la Justice aux États-Unis et un recours collectif dans le New Jersey sont toujours en cours. Il faudra encore patienter quelques années pour avoir les tenants et les aboutissants de ce scandale mondial.