C’est une toute nouvelle mesure de sécurité ! En effet, Uber vient de lancer un nouveau système qui utilisera le smartphone du chauffeur et celui du passager pour détecter de potentiels accidents. RideCheck (le nom de cette nouvelle fonctionnalité) utilisera le GPS pour savoir si l’un des véhicules Uber a eu un accident.

Avec RideCheck, vous roulez en toute sécurité

Avec cette nouvelle option, Uber est capable de détecter les irrégularités lors d’un trajet. Certains aléas peuvent perturber le quotidien des utilisateurs de l’application. Parmi les problèmes que peuvent rencontrer les chauffeurs Uber, on retrouve de longs arrêts imprévus à cause des bouchons ou pire : un accident. Uber avait déjà annoncé cette mesure l’année dernière, cette fois-ci c’est officiel; RideCheck prend du service.

Grâce aux données fournies par les smartphones des chauffeurs et des passagers, Uber sera en mesure de savoir précisément ce qu’il se passe lors de nos trajets. Après un an de perfectionnement et de nombreuses phases de tests, RideCheck est officiellement en service aux États-Unis. Uber précise que d’autres pays seront très bientôt concernés par cette nouvelle fonctionnalité.

RideCheck vous demandera de confirmer l’incident détecté

Ce nouveau système est conçu pour avertir les chauffeurs ainsi que les utilisateurs lorsqu’un incident est détecté. Uber espère pouvoir gagner en réactivité avec la mise en place de RideCheck. Si le moindre soucis est détecté, voici ce qu’il se passera en théorie : une notification apparaîtra pour vous demander si tout va bien, ce qui vous mènera à une liste de réponses possibles. Vous aurez la possibilité d’appeler les autorités au 911 ou de contacter un employé Uber, sur une ligne directe vers le service de sécurité de l’entreprise.

Si un accident est confirmé, le chauffeur Uber sera invité à composer le 911 pour régler le différend dans le cadre des lois en vigueur. Uber précise que cette nouvelle fonctionnalité ne nécessite pas d’accorder une nouvelle permission à l’application car elle est directement liée aux données du smartphone des utilisateurs. Pour éviter de déclencher une procédure pour rien, les utilisateurs devront confirmer ou infirmer l’incident détecté par l’application.