Amazon va réduire la couverture médicale de ses employés en temps partiel
Technologie

Amazon va réduire la couverture médicale de ses employés en temps partiel

1 900 travailleurs de la filiale Whole Foods seront concernés par cette nouvelle réglementation.

À partir du 1er janvier 2020 Amazon mettra en place une nouvelle réglementation pour les salariés à mi-temps. L’entreprise technologique a confirmé à Business Insider qu’elle s’apprêtait à réduire la protection médicale des salariés de Whole Foods (une franchise de la grande distribution rachetée par Amazon en 2017) qui travaillent moins de 20 heures par semaine.

1 900 travailleurs sont concernés par cette mesure

Un porte-parole d’Amazon a déclaré que Whole Foods supprimerait les avantages médicaux et sociaux d’une partie des salariés de cette filiale. Cette nouvelle réglementation concernera environ 1 900 travailleurs, soit un peu moins de 2 % de l’effectif total, et entrera en vigueur au 1er janvier prochain. Impossible de savoir si Amazon a joué un rôle dans cette prise de décision. Whole Foods n’a pas souhaité répondre à cette question.

Quoi qu’il en soit, cela ne va pas aider Amazon à améliorer son image en matière de bien-être au travail. En effet, l’entreprise de Jeff Bezos est connue depuis plusieurs années pour ne pas prendre suffisamment soin de ses salariés. Le personnel des entrepôts et les chauffeurs sont tout particulièrement concernés par cette mauvaise réputation.

Amazon ne prend pas soin de ses employés

Déjà, en avril dernier, nous apprenions que l’assistance en cas d’accident du travail chez Amazon était extrêmement difficile à obtenir. En effet, dans un rapport du Guardian nous pouvions lire que le géant américain n’a aucune pitié pour les employés qui se blessent sur les horaires de travail. Plusieurs témoignages laissent imaginer les difficultés qu’éprouvent les employés à se faire payer leurs soins médicaux, et comment Amazon les force à travailler durement au détriment des recommandations des médecins après une blessure.

D’après un autre rapport du Conseil national pour la sécurité et le bien-être aux États-Unis, Amazon fait partie des 12 entreprises les plus dangereuses où travailler dans le pays. Plus généralement, cette réalité révèle la manière dont sont traités les salariés des entreprises technologiques.

Send this to a friend