USA : Scraper des données sans autorisation, n'est pas illégal
Cybersécurité

USA : Scraper des données sans autorisation, n’est pas illégal

LinkedIn n'a pas le choix et doit laisser HiQ collecter des données pour ses propres clients...

Petit rebondissement dans le monde de l’Internet. Une cour d’appel aux États-Unis a rendu une décision étonnante dans un litige opposant LinkedIn à HiQ, une société spécialisée dans l’analyse de données.
D’après cette dernière, le fait de collecter de grandes quantités de données (sur d’autres sites) sans avoir d’autorisation, ce qu’on appelle le web scrapping, n’est pas illégal, comme le rapporte The Verge.

Les données sont publiques, ce n’est donc pas une violation

Pour la petite histoire en 2017, les deux entreprises s’étaient déjà confrontées au tribunal, et le juge avait à l’époque donné raison à HiQ. LinkedIn avait donc décidé de faire appel.
Cela ne changera rien pour LinkedIn. La 9ème cour d’appel s’accorde avec le premier jugement et estime que HiQ n’est pas en tord et est dans ses droits en collectant des données sur les différents utilisateurs du réseau social professionnel. La raison ? Les données collectées « étaient accessibles à tous ceux qui avaient un navigateur web », ce qui ne viole pas la loi anti-piratage.

LinkedIn n’a pas d’autre choix que de tolérer cette collecte, s’avoue « déçu de la décision et évalue » ses options. L’entreprise ajoute « nous continuerons de lutter pour protéger nos membres et les informations qu’ils confient à LinkedIn. » L’inkedIn avait envoyé une lettre de cessation et d’abstention à HiQ, afin que l’entreprise arrête sa collecte.

Send this to a friend