Lors d’examens, les candidats font parfois preuve d’une grande créativité pour tricher. Avec les smartphones et autres objets connectés, les techniques pour tricher sont de plus en plus nombreuses. Comme le rapporte The Guardian, au Royaume-Uni, les montres qu’elles soient connectées ou non pourraient être interdites dans les salles d’examen.

Une vérification trop contraignante

La raison ? Les surveillants ne peuvent pas contrôler les montres de tous les candidats et il est parfois difficile de faire la différence entre une montre considérée comme traditionnelle ou une montre connectée, d’après une commission indépendante qui enquête sur les erreurs commises durant les examens. Il est important de noter que la triche n’est pas si régulière, mais le problème est tout simplement “la sophistication croissante des appareils connectés à Internet“, qui pourrait amener à une interdiction de toutes les montres. Comme dans de nombreux pays, les portables sont déjà interdits durant les examens.

Une interdiction pour l’été prochain

Parmi les autres recommandations faites pour éviter la tricherie : surveiller le dark web pour éviter que les sujets et les réponses ne circulent en amont des examens ou encore la vérification des toilettes avant chaque épreuve, pour s’assurer qu’il n’y a pas d’antisèches !

Pour le moment, l’interdiction n’est pas officielle, cependant c’est une proposition qui a le mérite d’être réfléchie et qui pourrait être officielle en juin 2020. Sans montre et sans portable, la connexion à Internet serait quasiment impossible et donc la triche aussi ! Aux États-Unis, certains établissement interdisent déjà le port de la montre durant un examen.