Depuis 2018, Facebook avait annoncé la diffusion d’actualités sur Facebook Watch. Aujourd’hui la plateforme tient à proposer des vidéos d’actualité exclusive. Les partenariats avec Le Monde, BFMTV et Brut vont dans ce sens.

 La transformation des médias

L’objectif du groupe Facebook semble clair, multiplier les services pour maintenir le cap face à ses principaux concurrents. Les derniers partenariats annoncés enfoncent le clou, et offrent une légitimité aux contenus proposés par Facebook.

Au programme : « Plan B », une émission hebdomadaire avec Le Monde consacrée aux enjeux environnementaux, « Pendant ce temps-là », une émission d’actualité journalière avec Brut, et « Bonsoir Bruce » sur BFMTV, un programme quotidien qui mettra en vedette Bruce Toussaint faisant la « chasse aux fake news ».

Facebook était déjà en partenariat avec des chaines d’information internationale comme BBC et Channel 4. Le groupe a investi le secteur de l’information depuis plusieurs années. On se souvient du partenariat signé avec la chaine américaine ABC pour diffuser en direct, et sans interruption publicitaire, le débat entre Hillary Clinton et Donald Trump.

Face à la diffusion en direct qui continue de s’étendre sur les réseaux sociaux, les chaines de télévision classique cherchent à s’adapter. Les dirigeants des chaines d’informations ont compris depuis longtemps qu’ils devaient assurer leur transition numérique. Le partenariat avec les réseaux sociaux semble être une solution.

En 2017, c’est Twitter qui s’alliait à Bloomberg pour proposer de l’info en continu, en rediffusant des extraits des chaînes du groupe et proposant également des directs exclusifs. Un processus gagnant-gagnant pour des réseaux sociaux qui misent sur la vidéo, segment plus facile à monétiser, et des chaines de télévision qui restent dans la course des audiences grâce au numérique.

Les médias partenaires cités seront financés par Facebook et par les revenus publicitaires. Les groupes de presse écrite, comme ce fut le cas pour Le Monde, verront sûrement ce nouveau type d’opportunité comme une transition à suivre pour mieux envisager l’avenir.

Ce type de partenariat est d’ailleurs souhaitable, d’après Laurent Solly, patron des réseaux sociaux pour l’Europe du Sud. Un moyen selon lui de sortir du contexte de tension qui existe entre médias et GAFA, « ces derniers étant souvent accusés d’accaparer les revenus publicitaires » précise-t-il dans L’Obs.

Espérons simplement que les médias « classiques » veilleront toujours à multiplier les partenariats avec d’autres sources de financement. Car, à défaut de pouvoir fonctionner en grande partie grâce à ses abonnements, l’indépendance intellectuelle des médias a toujours dépendu de la pluralité de ses investisseurs. Il serait donc fâcheux de voir les réseaux sociaux devenir les principales sources de financement des journaux et des chaines d’information.

“Les émissions auront le contrôle sur leur ligne éditoriale et travailleront en étroite collaboration avec Facebook pour comprendre quels sujets et formats conviennent le plus au public” précise Facebook dans un communiqué.