Et si les drones étaient la solution pour protéger les cultures des insectes ravageurs ? C’est en tout cas ce qu’essaye de prouver XAG, un fabricant de drones basé à Guangzhou en collaboration avec Bayer Crop Science. Les premiers tests montrent des résultats époustouflants : 98% des insectes ravageurs (des Spodoptera frugiperda) auraient été éliminés.

Les agriculteurs pourraient gagner en efficacité

Le rapport révélé par Bloomberg précise que les drones sont chargés de propager un insecticide à faible toxicité (d’après les autorités chinoises). C’est dans la province du Yunnan, dans le Sud-Ouest de la Chine, que les premiers essais ont été menés. Des drones plutôt que des tracteurs ! Un gain de temps pour les agriculteurs et un bon moyen de se concentrer sur des tâches à plus forte valeur ajoutée.

Les tests sont particulièrement concluants puisqu’ils montrent pour le moment des résultats quasiment parfaits. Les drones ont exterminé 98% des insectes présents dans les cultures selon le fabricant chinois de drones. Habituellement, la plupart des agriculteurs ont recours à des pulvérisateurs d’insecticide traditionnels. Malheureusement, ils sont incapables de se déplacer assez vite pour lutter contre cette redoutable chenille, la Spodoptera frugiperda.

Une petite révolution pour les cultivateurs chinois

Cet insecte est une espèce de lépidoptères appartenant à la famille des Noctuidae. Particulièrement rapide, il peut parcourir plus de 100 kilomètres en une seule nuit. De plus, les agriculteurs qui appliquent eux-mêmes les insecticides sur leurs cultures s’exposent à de graves problèmes de santé. Les drones pourraient être une solution pour les protéger.

En Chine, cet insecte ravageur serait présent sur plus de 950 000 hectares de cultures. Les drones pourraient tout changer pour les agriculteurs du pays. Ils se mettent en marche en toute sécurité après le coucher du soleil pour tuer les chenilles qui s’activent le plus souvent la nuit. Avec l’automatisation du processus, les agriculteurs n’auront bientôt plus à s’inquiéter des ravages que pourraient causer ces chenilles.