Le Ministère de l’Intérieur du Royaume-Uni a annoncé que les citoyens de l’UE en demande de résidence permanente pourront bientôt procéder aux identifications depuis un iPhone, à partir d’octobre.

Une mise en place tardive

Comme l’a déclaré le nouveau premier ministre Boris Johnson, le Royaume-Uni se prépare à quitter définitivement l’Union européenne le 31 octobre.

Plus de 3 millions de citoyens européens attendent encore de voir leur demande de résidence permanente acceptée d’ici-là. Pour faciliter leur faciliter la tâche, le Ministère de l’Intérieur a mis en place une application, intitulée « EU EXIT » permettant de reconnaitre les puces de passeport.

Petit problème, seuls les téléphones Android possèdent les capacités nécessaires à ce type de reconnaissance. Ainsi les détenteurs d’un iPhone se voient lésés.

En avril, un accord a été signé entre Apple et le gouvernement britannique pour que les puces NFC, présentes dans les passeports, soient également reconnues par les smartphones iOS.

Ce qu’on appelle les capacités NFC (Near Field Communication) soit, littéralement « communication en champ proche », permettent tout simplement un échange de données entre deux appareils. Il suffit que chacun soit équipé d’une puce capable de lire certains éléments pour échanger des informations.

Rappelons tout de même que les données transférées à partir des puces NFC sont susceptibles d’être piratées, parfois assez facilement. Le transfert de données NFC nécessitant une distance moyenne de 10 centimètres entre deux appareils, il n’est pas rare de voir des arnaques se développer. Par exemple, certains peuvent se doter d’un lecteur capable de récupérer les données échangées en CCP (Communication en champ proche) afin de les utiliser.

C’est une des raisons pour lesquelles Apple aura lentement permis l’ouverture de ses appareils à cette technologie. Se limitant jusqu’ici aux transactions bancaires à travers un système sécurisé, autrement dit Apple Pay, utilisant des “tokens” (“jetons”, en français) et non l’échange de données personnelles, comme c’est le cas avec le paiement sans contact.

Désormais, la lecture des  informations numériques des passeports sera possible. Il semblerait que la politique d’Apple, aimant agir en circuit fermé, soit peu à peu en train d’évoluer.