La Pologne et les États-Unis s'accordent sur la régulation des équipements 5G
Technologie

La Pologne et les États-Unis s’accordent sur la régulation des équipements 5G

Même si son nom n'est pas clairement cité, Huawei est directement dans le viseur des deux pays.

Pour faire un peu plus pression sur le gouvernement chinois, l’administration Trump et la Pologne ont convenu d’un accord qui doit permettre de contrôler rigoureusement les équipements 5G provenant de l’étranger. Comme le relate le Wall Street Journal : « pour les deux pays, les équipements 5G devront absolument faire l’objet d’une évaluation rigoureuse ».

Les USA et la Pologne s’allient

Le vice-président Mike Pence et le président polonais Andrzej Duda se sont rencontrés en début de semaine pour signer un accord commun et renforcer les directives de sécurité des réseaux 5G. Évidement à aucun moment le lien avec Huawei n’est fait, pourtant cela ne fait aucun doute : les États-Unis cherchent un peu plus à exclure l’entreprise technologique chinoise des débats.

Dans l’accord en question, nous pouvons lire ces mots : « nous devons impérativement protéger les réseaux de communication de la prochaine génération (5G) contre toute perturbation ou manipulation et garantir par dessus tout, la vie privée et les libertés individuelles des citoyens des États-Unis, de la Pologne et des autres pays. Ces directives sont pour nous, d’une importance vitale ».

Huawei est également dans le collimateur d’Andrzej Duda

En juin dernier, Huawei affirmait que 65% des réseaux 5G dans le monde utilisent sa technologie et c’est bien ce qui inquiète Donald Trump et son gouvernement. Pour cette raison, les États-Unis aimeraient retirer leur production d’équipements 5G de Chine, mais ce n’est pas chose aisée. La Maison-Blanche a refusé de commenter ce qui n’est que des rumeurs, pour le moment.

Huawei est aussi très présent en Pologne et c’est pour cette raison que le pays a souhaité se ranger derrière l’administration Trump. En janvier dernier, les autorités du pays arrêtaient un employé chinois de Huawei. Ce dernier était accusé d’espionnage pour le compte de l’entreprise chinoise. Huawei avait préféré licencier son employé pour éviter d’être impliqué dans une quelconque affaire.

Send this to a friend