Uber Eats le service de livraison de repas d’Uber se diversifie. En effet, comme le rapporte ReutersUber Eats s’associe avec Lawson, une chaine de supérettes de quartier au Japon afin de “capitaliser sur la demande croissante de livraison rapide à domicile de nourriture et d’articles du quotidien.”

Uber Eats voit toujours plus grand

Grâce à ce partenariat, une centaine de produits allant de la bière, aux mouchoirs, au poulet frit pourront être livrés aux utilisateurs d’Uber Eats.
Pour le moment, la collaboration des deux entreprises se limite à 4 magasins à Tokyo. Durant 3 mois, les deux entreprises vont tester la livraison de ces différents produits, avant d’imaginer un déploiement plus large avec un total de 13 magasins.

Le partenariat est stratégique pour les deux entreprises. Uber peut diversifier ses livraisons et ne plus se limiter aux plats d’un restaurant et ainsi rendre le quotidien des utilisateurs plus facile.
Pour Lawson, qui est la troisième chaîne de supérettes au Japon, mais qui ne dispose pas de service de livraison, de nouvelles ventes vont être faites et de nouveaux clients pourront être atteints. Côté livraison, elles se feront avec les livreurs Uber Eats à vélo ou en scooter.

Uber en profite pour annoncer avoir plus de 10 000 restaurants partenaires avec son service Uber Eats.

Ce partenariat est intéressant. En plus de livrer des repas, livrer des produits provenant de supérettes à un côté pratique. Uber pourrait profiter de ce partenariat pour en nouer d’autres dans différents marchés et ainsi répondre aux besoins des utilisateurs qui ont oublié quelque chose en allant faire les courses ou qui se retrouvent sans pâtes un vendredi soir à 23h.

Au début de l’été, Uber Eats présentait l’option “dine-in” qui permet de manger sur place, après avoir été chercher sa commande. Plus tôt cette année, Uber Eats venait s’intégrer à l’application Uber, une intégration impossible au Japon, car le service de VTC est interdit.