L’entrée en vigueur du RGPD a fait grand bruit et a même inspiré d’autres pays. Les données des utilisateurs sont importantes et il est nécessaire de protéger leur utilisation. À présent la Commission Européenne travaillerait sur une réglementation liée à une technologie de plus en plus utilisée : la reconnaissance faciale. C’est en tout cas ce que rapporte le Financial Times.

La reconnaissance faciale a besoin d’être encadré

Utilisée depuis plusieurs années maintenant cette technologie rencontre un certain “succès” notamment en Chine. La population est constamment sous surveillance et les moindres faits et gestes de la population sont contrôlés.
La reconnaissance faciale est utilisée pour améliorer notre quotidien comme par exemple retrouver notre animal de compagnie ou embarquer dans un aéroport plus facilement.  Mais son utilisation est également très critiquée, on peut par exemple citer Rekognition, la technologie d’Amazon, les différents biais liés à son utilisation ou encore son inefficacité comme à Londres.

Alors que Microsoft et le groupe AI Now ou encore Amazon demandent aux gouvernements de réguler l’utilisation de la technologie, il semblerait que la Commission Européenne prenne les devants.

Un projet qui pourrait changer l’utilisation de cette technologie

Ainsi, tous les citoyens de l’Union Européenne pourraient bénéficier d’un droit de regard sur leurs données, qui ont été obtenues via la reconnaissance faciale. Chaque habitant pourrait être en mesure de savoir quelles données ont été collectées, dans quel but et comment elles sont utilisées.

Si le projet voit le jour, ce dernier impliquera de nombreux changements tant pour les entreprises que pour les gouvernements. Le RGPD a obligé les entreprises à revoir les données qu’ils stockent, trouver des moyens pour fournir les données demandées par les utilisateurs rapidement…
L’idée global du projet étant de réguler la technologie, mais aussi limiter son utilisation. La ville de San Francisco a par exemple décidé d’interdire la reconnaissance faciale en mai dernier, une première mondiale.