Après avoir révélé que les sous-traitants de Microsoft écoutaient des conversations d’utilisateurs via Cortana et Skype Translator, Motherboard rapporte que les conversations des détenteurs de la console Xbox étaient également écoutées. La pratique remonte au début du lancement de la Xbox.

Des enregistrements qui datent de l’époque du Kinect

Alors que Microsoft a récemment mis à jour sa politique de confidentialité pour indiquer clairement que des humains peuvent écouter des enregistrements via l’assistant Cortana ou encore le service Skype Translator, l’entreprise a oublié de mentionner les écoutes sur la Xbox.

Plusieurs sous-traitants ont ainsi expliqué à Motherboard avoir entendu “des utilisateurs de Xbox parlant depuis chez eux afin d’améliorer les fonctionnalités de commande vocale de la console. » Une nouvelle fois donc l’objectif de ces écoutes, comme pour Google, Amazon ou Apple est d’améliorer les produits de l’entreprise, en l’occurence le système de commande vocale de la console.
Cependant, on apprend que les données ont été analysées entre 2014 et 2015, lorsque la console Xbox était contrôlée via le système Kinect. À l’époque, Microsoft expliquait “Kinect pour Xbox 360 a été conçu et construit avec de solides protections de la vie privée en place et le nouveau Kinect va continuer cet engagement“.

L’assistant de Microsoft, Cortana a été intégré à la console en 2016. Il y a quelques temps, nous apprenions qu’il ne serait plus intégré dans la prochaine mise à jour de la console. Cependant, la console peut toujours être contrôlée via l’application Cortana sur Android et iOS.

Des enregistrements intentionnels, mais aussi accidentels

Les enregistrements traditionnels sont activés lorsqu’un utilisateur disait “Xbox” ou “Hey Cortana”. Mais certains extraits audio ont été enregistrés de manière accidentelle.
Les sous-traitants expliquent avoir entendu de nombreux conversations de manière non-intentionnelle et de nombreux commandes passées par des enfants. La Xbox étant une console de jeu, ce n’est pas étonnant, mais la protection des enfants est censée être plus stricte.
Les sous-traitants étaient payés 10 dollars de l’heure pour écouter les différentes commandes. Avec le temps, un des employés explique “nous avons eu moins de choses apparemment accidentelles à mesure que la fonctionnalité s’améliorait. »

Alors que les scandales autour des écoutes par des tiers ne cessent de voir le jour, les utilisateurs ne sont pas vraiment surpris d’apprendre ces pratiques. Cependant, très peu d’entreprises annoncent prendre des mesures concrètes, protégeant vraiment les utilisateurs. La majorité d’entre elles expliquent qu’elles seront plus transparentes. Nous n’avons donc pas le choix que d’être écoutés à notre insu !