Le raccourcissement d’URLs est devenu assez commun sur le net. Utiles lorsqu’il s’agit de réduire la taille des liens, de personnaliser ces derniers avec le nom de domaine et de mesurer le nombre de clics et les sources de trafic, les urls shorteners sont assez pratiques. On pourrait croire le marché saturé en matière d’outils mais l’histoire de PixelMe est assez singulière et intéressante à la fois dans la construction d’un produit différenciant en même temps que sur le cheminement de l’organisation, passé d’un projet d’outil qui raccourcit des liens à une startup qui lève 1M d’euros.

PixelMe : Construction d’audience, retargeting et analyse de l’attribution

Commençons donc par le produit. La base de PixelMe est d’offrir à ses utilisateurs la possibilité de raccourcir leurs urls non pas pour leur offrir le confort -unique- d’une url réduite, mais pour ajouter dans l’opération un pixel de retargeting. Ce même pixel permet de construire des audiences en fonction des liens que l’on partage et de diffuser des publicités sur des plateformes comme Facebook, Instagram, LinkedIn ou sur Google Adwords sur les audiences construites à partir des clics. Il est également possible d’utiliser un script personnalisé. La fonctionnalité est intéressante à plus d’un titre. Sans m’épancher sur la profusion de cas d’usage, la valeur réside dans la possibilité de contourner la restriction habituelle du retargeting. PixelMe permet de bénéficier du pixel de retargeting sur l’ensemble des liens que l’on partage, que l’on soit ou non propriétaire du site (ou traditionnellement, le pixel doit être apposé). Ici, le raccourcisseur d’URLs concentre les pixels et permet le retargeting à partir des liens que l’on partage plutôt que sur la base de la page visitée (dont on n’est pas forcément le propriétaire et/ou on n’a pas la possibilité de positionner son pixel). PixelMe illustre parfaitement ce cas d’usage avec Amazon ici. Mais au-delà d’Amazon, on peut parler de site 3rd party comme Medium, les app stores, vos contenus de curation…

Pour prendre un exemple concret, parlons du cas ou vous lanceriez une campagne d’influence avec des blogs et des créateurs de contenus. Vous souhaitez pouvoir promouvoir votre produit et générer des conversions. Traditionnellement, vous devriez compter uniquement sur les conversions directes générées à partir des clics dans les contenus ou, un peu plus complexe, faire en sorte que l’ensemble des protagonistes installent vos pixels sur leurs pages dédiées à la campagne. Long, contraignant, parfois impossible, l’opération serait incomplète et imparfaite. À rebours de la stratégie habituelle, PixelMe permet de placer vos urls au sein des contenus et de retoucher les visiteurs de l’ensemble des contenus de l’opération des influenceurs et blogueurs, et ce, sur Facebook, Instagram, LinkedIn ou sur Google Adwords.

L’outil densifie sa valeur originelle avec des fonctionnalités de suivi et d’analyse de campagne. Ainsi, les utilisateurs de PixelMe peuvent organiser leurs liens dans des campagnes et des sous-campagnes pour avoir une vue panoramique sur leurs actions. Le raccourcisseur d’urls permet également de paramétrer ses UTM de manière intuitive pour suivre le trafic généré et les sources de ce dernier.

PixelMe se meut ainsi, et de fait, de plus en plus d’un outil de retargeting sur la base d’un raccourcisseur d’URLs à un outil all-in-one de génération et d’analyse de l’attribution pour le marketing. Ses fonctionnalités de construction d’audience, de dashbording et de reporting permettent ainsi d’appréhender l’acquisition du lancement à l’analyse du ROI sur l’ensemble des canaux. PixelMe permet de comprendre les points de contact en proposant différents modèles de visibilité sur l’attribution : first-touch, multi-touch ou last-touch. Ses possibilités d’intégrations avec les plateformes publicitaires, d’e-commerce, CRM et de paiement unifient la visibilité sur les actions publicitaires et les canaux non payants.

Le pricing fonctionne sur la base du volume de visite. Les prix commencent à 24$/mois pour 5 000 visiteurs. Bon point, il est possible de tester PixelMe pendant une semaine sans mettre les informations CB. Par ailleurs, PixelMe offre 14 jours d’essai gratuit et 10% de réduction pendant 1 an avec le coupon 10offmonthly.

PixelMe, d’un projet bricolé de raccourcisseur d’urls pour du retargeting à une startup à forte croissance

Je ne parle généralement pas des sinuosités des outils et organisations évoqués dans la catégorie outils. Je préfère condenser sur les réponses aux besoins et les fonctionnalités des produits web, car je postule que c’est ce que l’on vient chercher sur ce type de contenu. Par ailleurs, le manque de matière pour appréhender la vision des fondateurs est souvent patent. Mais ici, il me semble qu’il est intéressant de revenir sur le cheminement de PixelMe.

Après un parcours BetaList ou le projet PixelMe engrange de la visibilité, un partenariat avec Appsumo ou ils acquièrent près de 5 000 utilisateurs (qui payent la solution) et un plébiscite sur ProductHunt en novembre 2017, les fondateurs se sont appuyés sur ces trois mamelles communautaires pour acquérir une vraie compréhension de la plateforme qu’il s’agissait de construire pour répondre aux besoins des professionnels du marketing. Ces premiers et power users ont également permis un fort levier d’acquisition de nouveaux utilisateurs par la recommandation (mise en place d’un programme d’affiliation). L’interview du cofondateur de PixelMe, Maxime Berthelot, sur #GrowthStories (de l’organisation Elium), est d’ailleurs extrêmement intéressante s’agissant de la construction et du développement de PixelMe.

Suivent 1 million de levé auprès de Serena, Kima Venture et différents business angels dont Thomas Rebaud (CEO de Meero), Christophe Chausson (CEO de Chausson Finance) ou Manuel Jaffrin (cofondateur de GetApp). PixelMe se développe vite et affiche une croissance de 10-15% tous les mois.

Disclaimer : nous avons ajouté des liens d’affiliation au sein du contenu, cet article n’étant pas payé par la startup.