Des scientifiques de l’Université de Leeds en Angleterre, viennent de mettre au point l’or le plus fin du monde. De l’or en 2D, un million de fois plus fin qu’un ongle. Ce nouveau matériau pourrait bien avoir un impact majeur sur les nanotechnologies, c’est une grande nouvelle pour l’industrie technologique.

L’or 2D pourrait s’avérer très utile

Vous ne le savez peut-être pas, mais l’or est un matériau utilisé dans de nombreuses industries, comme l’ingénierie, l’aérospatiale ou encore la médecine. Les nanoparticules d’or jouent un rôle très important dans le traitement du cancer par exemple. Grâce à cette nouvelle forme d’or en 2D, le matériau devrait pouvoir être utilisé de manière bien plus efficace à l’avenir.

Des paillettes si petites qu’elles sont flexibles et pourraient potentiellement être utilisées dans des écrans de smartphones pliables ou encore des écrans transparents. Les différents tests réalisés indiquent que le matériau est 10 fois plus efficace comme substrat catalytique que les nanoparticules d’or actuellement utilisées. Cela signifie qu’il pourrait augmenter considérablement la vitesse des tests diagnostiques médicaux, ou encore l’efficacité des systèmes de purification de l’eau.

Il faut maintenant intensifier sa production

Les chercheurs se concentrent désormais sur les moyens d’intensifier le processus de fabrication. Le potentiel de l’or en 2D est très clair, pour Stephen Evens, en charge de l’étude : “nous avons des idées très précises de comment utiliser l’or 2D en particulier dans les réactions catalytiques et enzymatiques. Nous savons pertinemment que ce matériau sera plus efficace que les technologies existantes. Cette raison nous laisse penser que de nombreux partenaires seront intéressés d’aller plus loin dans le développement de l’or 2D, avec nous“.