Pour ceux qui ne connaissent pas, Didi Chuxing est une entreprise chinoise proposant un service de VTC, comme Uber. Il y a quelques semaines, Toyota a d’ailleurs investi 600 millions de dollars dans la société afin de travailler main dans la main avec le chinois pour inventer la mobilité de demain. Didi Chuxing a récemment rapporté que l’unité de conduite autonome de l’entreprise est désormais une entreprise indépendante, comme l’écrit TechCrunch.

Une annonce importante pour le leader du VTC

Lancée en 2016, cette division compte plus de 200 employés en Chine et aux États-Unis.Il y a quelques semaines on apprenait que l’entreprise cherchait à rassembler des fonds afin de financer son propre département pour fabriquer ses propres véhicules autonomes. Didi s’est même séparé de 300 000 chauffeurs ne répondant pas aux standards de sécurité de la société. À terme l’idée étant d’avoir moins de chauffeurs humains et plus de voitures autonomes.

Cette nouvelle entreprise “intégrera les ressources et les avantages technologiques de la plate-forme de Didi, continuera d’augmenter les investissements dans la R&D des technologies innovantes de base, et approfondira la collaboration avec les partenaires en amont et en aval de l’industrie automobile.” À la tête de l’entité, Zhang Bo, actuel CTO de Didi.

Didi a du retard à récupérer

Le partenariat avec Toyota n’était donc pas anodin. Les deux entreprises vont travailler ensemble à la création de véhicules autonomes à usager VTC pour DiDi. Pour Toyota l’objectif étant d’avoir en 2025 à la sortie des usines, 50% de véhicules électriques.

Depuis 2018, DiDi est autorisé à tester ses véhicules aux États-Unis comme le sont Uber et d’autres entreprises. L’entreprise était cependant la 53ème entreprise à obtenir l’autorisation, elle a donc pris pas mal de retard. DiDi a également testé ses véhicules en Chine, mais elle se retrouve loin derrière Baidu par exemple.