IBM rend publics ses travaux sur la recherche contre le cancer
Intelligence Artificielle

IBM rend publics ses travaux sur la recherche contre le cancer

IBM transmet ses connaissances aux chercheurs du monde entier pour faciliter la recherche contre le cancer

Le cancer, l’une des causes de mortalité les plus importantes au monde, reste l’une des priorités de nombreux chercheurs. On estime que le cancer à lui seul a causé 9,6 millions de décès en 2018, et environ 18 millions de nouveaux cas signalés.

Justement, le groupe Computational Systems Biology d’IBM à Zürich travaille sur des processus utilisant l’IA pour trouver quels mécanismes peuvent déclencher le cancer, mais également en apprendre davantage sur la composition des tumeurs. Afin de faire accélérer les recherches, ce laboratoire a rendu publics quelques-uns de ces projets.

« Notre objectif est d’étoffer notre compréhension du cancer et d’offrir aux industries et aux instituts de recherche la connaissance qui leur permettra un jour ou l’autre de contribuer aux traitements et aux thérapies », déclare-t-on chez IBM. Pour le moment, les chercheurs ont mis à disposition 3 projets.

Le premier appelé PaccMann, est un algorithme capable de déterminer les capacités des compositions chimiques à lutter contre le cancer. Ce projet semble voué à faciliter la mise au point d’un médicament. INtERAcT, c’est le nom du second, a pour objectif d’aller chercher automatiquement l’information nécessaire dans 17000 études publiées par an, sur le cancer. Le dernier est également un algorithme, mais celui-ci permet d’exploiter les interactions moléculaires afin de prévoir le trajet d’un cancer, il permet notamment de déterminer si un patient est susceptible de rechuter.

Ces trois projets sont désormais open source, et disponible pour tous. IBM espère qu’en rendant le code source disponible pour d’autres chercheurs et universitaires, son impact potentiel pourra être développé par la communauté scientifique. IBM n’est pas la seule entreprise à miser sur l’IA pour lutter contre cette maladie, le MIT, mais également Google ont également des projets en cours.

Send this to a friend