Ce mercredi 24 juillet, Facebook a publié plusieurs outils pour aider les différentes communautés à cartographier le monde. Plusieurs intelligences artificielles réunies sous la bannière de Map with AI, viennent d’être mises à disposition sur OpenStreetMap, une plateforme communautaire.

Un outil communautaire

Voilà maintenant deux ans que le réseau social travaille sur ces outils. Concrètement, l’intelligence artificielle développée par Facebook permet d’identifier, d’ajouter ou d’éditer des routes en quelques clics. L’IA utilise des images satellites disponibles grâce à Maxar, une société qui travaille sur l’imagerie satellite, basée aux États-Unis. Son modèle d’intelligence artificielle prédit la présence d’une route dans une image donnée et la place sur la carte avec une couleur magenta. L’utilisateur peut alors valider ou non la présence de telle ou telle route.

Crédit : Facebook

Les données cartographiques sont un domaine qui intéresse de plus en plus les grandes sociétés technologiques. Même si Google domine le débat, Apple, Microsoft, et désormais Facebook tentent de récupérer des données par tous les moyens pour renforcer leurs bases. À ce propos Facebook avait déjà lancé un outil en mai dernier pour tenter de créer des cartes démographiques extrêmement détaillées afin d’aider les chercheurs et les acteurs de la santé à lutter contre la propagation des épidémies.

Le réseau social veut cartographier les zones reculées

Danil Kirsanov, directeur technique chez Facebook, a déclaré que ce modèle peut même détecter les routes non bitumées : “le niveau de détail de notre outil lui permet de repérer les routes non bitumées, ainsi que les allées et même des sentiers piétons. Notre intelligence artificielle peut les distinguer des rivières et des ruisseaux, visuellement similaires. Nous avons encore quelques erreurs et c’est là que le jugement humain devient pertinent”.

Parce que de nombreuses régions rurales dans le monde sont encore difficiles à cartographier sur le terrain, Facebook espère que son intelligence artificielle pourra aider. Le réseau social veut permettre de cartographier les régions éloignées, là où le manque d’électricité et l’accès à Internet sont aujourd’hui un frein. Les lacunes présentes dans les données cartographiques peuvent par exemple avoir une incidence sur les interventions des secours en cas de catastrophe.