Depuis 2017, Facebook Messenger Kids permet, en théorie, aux parents d’être sereins quand leurs enfants discutent via cette plateforme. Ce service est présenté comme étant sécurisé, permettant aux enfants de discuter seulement avec les personnes sélectionnées par leurs parents ou tuteurs légaux. Voici pour ce qui est de la théorie. En réalité, ce n’est pas totalement cela. The Verge a remarqué cette semaine un défaut de conception qui permettait aux enfants de communiquer sans permissions avec des adultes. Ces jeunes utilisateurs peuvent participer à des discussions de groupe sans consulter leurs parents.

Il semblerait que Facebook en soit conscient puisque le média américain a réussi à se procurer le message envoyé aux familles de la part du réseau social :
« Bonjour [PARENT],
Nous avons trouvé une erreur technique qui a permis à [AMI], un ami de [ENFANT] de créer une discussion de groupe avec [ENFANT] et un ou plusieurs amis approuvés par les parents de [AMI]. Nous voulons que vous sachiez que nous avons désactivé ce chat de groupe et nous nous assurons que les chats de groupe comme celui-ci ne seront plus autorisés à l’avenir. Si vous avez des questions sur Messenger Kids et la sécurité en ligne, veuillez visiter notre Centre d’aide et les contrôles parentaux Messenger Kids. Nous vous serions reconnaissants de nous faire part de vos commentaires. »

Par ailleurs, Facebook confirme à TNW qu’il a conscience de cette faille, et que les utilisateurs ont été informés des risques. Actuellement, l’application Messenger Kids est disponible dans 5 pays, les États-Unis, le Canada, le Mexique, la Thaïlande, et le Pérou. L’année dernière, un groupe de protection de la vie privée avait déposé plainte auprès de la Federal Communications Commission (FCC) des États-Unis. Ces derniers estimaient que l’application mettait en péril la vie privée des jeunes utilisateurs en violant délibérément la COPPA (Children’s Online Privacy Protection Act).