Depuis sa création en 1895 par les Frères Lumières, à Lyon, la vidéo est un format qui intrigue la population. Les réseaux sociaux misent énormément sur ce type de contenu au vu de l’engagement qu’il génère.

Cependant, avec l’expansion du nombre de smartphones, nombreuses sont les plateformes qui ont réfléchi à adapter le format vidéo à ces écrans. L’exemple le plus flagrant est Instagram. En 2018, le réseau social du groupe Facebook lance IGTV, une plateforme permettant de poster des vidéos plus longues que sur Instagram, au format vertical. Un an auparavant, deux français Valentin Reverdi et Sofia Boudouni ont créé l’application Vertical. Cette dernière propose des mini séries toutes au format vertical.
Netflix propose également des aperçus de films ou séries en 9/16e sur son application mobile.

Jusqu’à présent, l’exemple le plus flagrant et qui a eu le plus d’impact en occident, est le lancement de Snap Originals. L’année dernière, Snapchat a lancé des minis séries au format vertical directement visionnables dans l’application.

Toutefois, c’est en Chine que ce type de contenu est le plus populaire. Tencent, le géant du web chinois a démocratisé les shùpíngjù, traduit en anglais : vertical drama. Les producteurs chinois ont imaginé ces contenus pour être complètement compatibles avec les smartphones. Depuis 2018, plusieurs séries ont vu le jour. Les épisodes varient entre 2 et 5 minutes, les montages sont très rythmés, et les coûts de production sont bien moins importants. Ces petits épisodes sont parfaitement construits, et rendent les viewers addicts, si bien qu’ils enchaînent les épisodes.

Vertical drama

Vertical drama

En plus de Tencent, ByteDance et son application phare, TikTok, s’apprête à produire ses propres séries qui seront diffusées sur la plateforme. iQiyi, une autre société de production dirigée par Baidu a déjà sorti sa sitcom Ugh! Life! qui a largement conquit le public chinois.