Volkswagen ne cache plus ses ambitions pour les systèmes de conduite autonome. D’après Reuters, le constructeur automobile allemand va injecter 2,6 milliards de dollars (2,31 milliards d’euros), chez Argo AI, la filiale de Ford, basée à Pittsburgh, qui travaille sur la conduite autonome. Cet investissement fait d’Argo AI, l’entreprise la plus valorisée dans le domaine des véhicules autonomes.

Ford et Volkswagen travailleront main dans la main

Déjà en 2017, Volkswagen achetait des actions chez Argo AI, pour 500 millions de dollars (444 millions d’euros). En 2018, Ford investissait aussi 1 milliard de dollars (89 millions d’euros) dans cette startup, dans le cadre de la création de sa propre division de recherche consacrée aux véhicules autonomes. Ces différents investissements permettent à Volkswagen et à Ford de détenir 30% des droits de vote au conseil d’administration, tandis qu’Argo AI en détiendra un peu plus de 40%.

Bryan Salesky, directeur général d’Argo AI, a déclaré que :”Volkswagen et Ford sont à la fois nos deux très grands clients et investisseurs principaux. Leurs participations vont nous aider à grandir et à conquérir le marché”. L’investissement de 2,6 milliards de dollars (2,31 milliards d’euros) de Volkswagen pourrait clairement faire accélérer le développement des véhicules autonomes.

La société donne un coup d’accélérateur au marché

Initialement prévue pour 2021, la sortie officielle d’un véhicule autonome des centres de recherche d’Argo AI, pourrait bien avoir lieu plus tôt. Grâce à sa taille, Volkswagen pourrait apporter suffisamment de ressources à la startup, pour espérer concurrencer Waymo, Uber ou encore General Motors, sur le marché des systèmes de conduite autonome.

La diversité des véhicules fabriqués chez le constructeur allemand, comme les camions, ouvre de nouvelles opportunités à Argo AI, qui n’avait pas forcément les moyens de travailler sur ce type de véhicules. À ce propos, avant de s’intéresser à Argo AI, Volkswagen avait hésité à investir 13,7 milliards de dollars (12,16 milliards d’euros) dans Waymo, la filiale de Google qui travaille aussi sur des systèmes de conduite autonome.