Momo, le canular flippant d'internet, va être adapté en film
Divertissement

Momo, le canular flippant d’internet, va être adapté en film

Le cauchemar des jeunes internautes fait un petit pas dans la réalité

Le mythe de Momo, un canular qui avait pas mal terrifié les internautes ces derniers temps, va devenir encore plus crédible. La société Orion Pictures s’apprête à donner vie à la terrifiante femme (?)-oiseau dans un film d’horreur dirigé par Taka Ichise, qui a notamment co-produit le film The Grudge.

Momo, d’internet au grand écran

L’histoire du canular Momo remonte à l’année dernière. Des personnes ont exploité une statue appelée Mother Bird pour terrifier les internautes. Dans le cadre du « Momo Challenge » les adeptes des réseaux sociaux étaient contactés pour effectuer des actions contré leur gré, sous peine de voir la terrifiante créature (rebaptisée Momo) leur rendre visite s’ils ne s’exécutaient pas. Un canular classique comme on en voit sans cesse depuis les débuts d’internet, ce qui ne l’a pourtant pas empêché de rencontrer un certain succès. Cela a d’ailleurs poussé les médias à alerter les parents des dangers que revêt ce challenge pour les enfants, qui sont particulièrement influençables. Que ce soit en France ou aux USA, des messages sur les réseaux sociaux les auraient incités à infliger et s’infliger des violences physiques dans le cadre de ce défi.

Désormais, alors que le challenge semblait s’apprêter à disparaître dans les méandres d’internet, il pourrait reprendre un peu d’aplomb. Le média Deadline a expliqué qu’un film basé sur Momo s’apprête à voir le jour. On dispose encore de peu de données sur le film. Les principales informations qui ont filtré sont qu’il sera produit par la société Orion Pictures en partenariat avec Vertigo, sous la coupelle des producteurs Taka Ichise (The Gruge) et Roy Lee (The Ring). Une association dont devrait logiquement découler un scénario assez flippant.

Les défis et canulars d’internet marquent de plus en plus le monde grâce à l’influence qu’ils obtiennent par le biais des réseaux sociaux. On se souvient par exemple qu’en mars 2018, Elon Musk avait supprimé les pages Facebook et Twitter de SpaceX en réponse à un challenge Twitter.

Send this to a friend