Certains lunes ont réussi à se détacher de leur planète d’origine. Les chercheurs les appellent des plunes et décident de s’y intéresser de plus près. Des télescopes dernière génération, pourraient nous permettent d’observer ces plunes, qui ont beaucoup de choses à nous apprendre.

Le phénomène des lunes rebelles

Alors que nous apprenions récemment que le satellite gelé de Jupiter pourrait bien être habitable, un nouveau phénomène attire notre attention. Il s’est certainement produit dans d’autres systèmes solaires que le nôtre. Des lunes s’échappent de leur orbite planétaire, pour se rapprocher de l’étoile qui compose leur monde. Les plunes, c’est le surnom donné à ces satellites en perdition, pourraient avoir des révélations à nous faire. Pour le moment, les astronomes n’ont pas encore réussi à en observer.

L’astrophysicien Mario Sucerquia, travaille à l’Université d’Antioquia de Medellín, en Colombie. Lui et ses collègues ont simulé ce qui se passerait si une lune s’était trouvée en orbite autour de Jupiter, cette planète géante, remplie de gaz. Ils estiment que les forces gravitationnelles de la planète et de l’étoile injecteraient de l’énergie supplémentaire dans l’orbite lunaire, poussant la lune de plus en plus loin de sa planète pour finalement s’échapper.

De nombreuses plunes se sont sûrement écrasées

Les chercheurs sont persuadés que ce phénomène s’est déjà produit dans d’autres systèmes solaires que le nôtre et aimeraient pouvoir l’observer. Mario Sucerquia précise que : “ce processus devrait se produire dans n’importe quel système planétaire composé d’une planète géante en orbite, très proche de son étoile. Je suis persuadé que les plunes existent et qu’elles sont nombreuses”.

Le problème c’est que ces lunes rebelles pourraient être très difficiles à différencier d’une planète ordinaire. Un phénomène pourrait compliquer la tâche des scientifiques : ils estiment que la moitié des plunes se seraient écrasées sur leur planète d’appartenance ou sur l’étoile présente dans leur système solaire. Ils pensent que les survivantes pourraient aider à expliquer certaines caractéristiques exoplanétaires étranges.