La NASA s'entraîne sous Terre avant de partir sur la Lune ou sur Mars
Science

La NASA s’entraîne sous Terre avant de partir sur la Lune ou sur Mars

La NASA exploite au maximum les similitudes entre les planètes pour ses entraînements.

Les tubes de lave souterrains seraient les meilleurs endroits pour installer une base sur la Lune, ou encore chercher de la vie sur Mars. Le problème, c’est qu’ils sont très étroits, et les rovers ont besoin d’entraînement pour y circuler. Comme il est compliqué d’organiser des phases de tests sur la Lune, ou sur Mars, la NASA s’est repliée dans le désert californien, où de nombreuses grottes et galeries font office d’un parfait terrain d’entraînement.

Ces scientifiques exploitent les similarités entre ces planètes.

Au cours de la Astrobiology Science Conférence, qui se déroule cette semaine, les scientifiques ont partagé ces expériences dans le cadre du projet BRAILLE (Biologic and Resource Analog Investigations in Low Light Environments). Ces tests ont été effectués sur le site Lava Beds National Monument, qui abrite le plus grand réseau de tubes de lave souterrains d’Amérique du Nord. L’avantage de ces tunnels de lave, c’est qu’ils offrent une protection efficace contre les rayonnements intenses qui frappent la surface lunaire, et de Mars. Ils pourraient donc être bien utiles pour les premiers colons. De plus, sur Terre ces tubes regorgent de microbes, les scientifiques espèrent que ce soit le même cas sur Mars, ou sur la Lune.

Pour le moment, le principal objectif du projet BRAILLE est de parvenir à diriger les rovers à distance, dans ces dédales de galeries souterraines. Ce robot porte bien son nom, puisqu’il s’appelle CaveR. L’année dernière, ce dernier a effectué avec brio ses trois premières semaines d’expérimentation. CaveR été équipé de plusieurs instruments scientifiques, qu’il a transporté pour analyser son environnement au sein de la Valentine Cave, l’une des 750 grottes du site Lava Beds.

Jennifer Blank, astrobiologiste au Centre de recherche Ames de la NASA, qui est également affiliée au Blue Marble Space Institute of Science de Seattle, chercheuse principale pour le projet BRAILLE, explique : « Nous suivions un plan de mission, comme vous le feriez pour une mission planétaire régulière ». Cela signifie que les séances d’entraînement se déroulent exactement de la même façon qu’elles se dérouleraient sur la Lune ou Mars.

Send this to a friend