Depuis toujours, les producteurs de riz japonais utilisent les canards pour enlever les mauvaises herbes, et manger les insectes trop envahissants. Cette pratique offre une réelle alternative à l’utilisation de pesticides. Cependant, à notre époque les agriculteurs cherchent en permanence de solutions plus rapides, et surtout plus efficaces.

Un ingénieur du constructeur japonais Nissan a mis au point un robot pouvant être utilisé de la même manière que les canards. Ce prototype est en pleine phase de tests à Yamagata, au nord du Japon. Pour le moment, la commercialisation de ce robot n’est pas à l’ordre du jour. Quoi qu’il en soit, cela reste une utilisation fascinante de la technologie pour venir en aide à la nature.

Une innovation capable de relancer l’industrie du riz ?

Le robot Aigamo doit son nom à la race de canard utilisée habituellement pour effectuer cette tâche. En apparence, Aigamo ressemble étrangement à un aspirateur plutôt qu’à un canard. Pesant environ 1,5 kg, le robot utilise deux brosses en caoutchouc pour remplacer les pattes de l’animal. Ces brosses oxygènent l’eau, tout en empêchant les mauvaises herbes de prendre racine. Cette innovation survient alors que la riziculture japonaise est menacée par la baisse de consommation de riz, et surtout le vieillissement de la population qui entraîne une pénurie du personnel. Aigamo pourrait jouer un rôle important dans la conservation de cette industrie ancestrale.

Comme évoqué plus haut, Nissan ne souhaite pas commercialiser ce robot en son nom, cependant, rien n’empêche cet ingénieur de lancer sa startup pour continuer de développer Aigamo. Pour son fonctionnement, il a besoin d’une connexion Wi-Fi, de piles, d’énergie solaire, et d’un signal GPS pour pouvoir progresser dans la rizière.