Les caméras Nest de Google pourraient espionner leur propriétaire
Technologie

Les caméras Nest de Google pourraient espionner leur propriétaire

Une caméra achetée d'occasion pourrait encore générer un flux d'informations chez l'ancien propriétaire.

Selon un récent rapport publié par The Wirecutter, des utilisateurs de caméras Nest, ayant acheté le produit d’occasion à un ancien propriétaire, pourraient être espionnés par ce dernier. Concrètement, l’ancien propriétaire pourrait conserver les flux des images tournées avec sa caméra, même si elle ne lui appartient plus. Google se trouve légèrement dans l’embarras.

Protection de la vie privée : 0

Google Home était récemment renommé Google Nest. Il semblerait que Google ait fait ce choix afin de lancer une autre version plus grande baptisée Google Nest Hub Max. À l’époque du changement de nom, plusieurs sources indiquaient que cette technologie pouvait être dotée d’une caméra pour les appels duo, mais surtout pour la sécurité.

C’est effectivement le cas. Google Nest est une caméra jumelée avec Wink, un dispositif de sécurité qui permet de se connecter à une variété de produits et de les contrôler directement, grâce à l’application du même nom. Cependant, ces caméras de sécurité ont révélé un point faible de taille.

Un membre d’un groupe Facebook baptisé Wink Users, a découvert qu’après avoir vendu sa caméra, il pouvait encore accéder au flux du nouveau propriétaire, grâce à son application Wink. Au niveau de la protection de la vie privée, ce n’est pas idéal.

Impossible de connaître le nombre de victimes

Le rapport indique cela : « en tant que propriétaire d’origine, l’utilisateur avait connecté sa Nest Cam à son réseau de maison intelligente, directement sur Wink et, d’une manière que nous n’expliquons pas, même après l’avoir réinitialisée, la connexion ne s’est pas stoppée ». Cela signifie qu’actuellement, des milliers d’anciens propriétaires de Nest Cam pourraient observer ce que font les personnes qui leur ont acheté le produit.

À l’heure actuelle, on ne sait toujours pas exactement, combien d’utilisateurs sont touchés. Certains disent qu’il y a un problème, et heureusement, mais peut-être que d’autres ne le disent pas encore. Dans une déclaration faite au Business Insider, Google a reconnu le problème : « nous travaillons actuellement sur une solution pour corriger cette erreur ».

Send this to a friend