Le logo de l'application Calibra de Facebook, piqué à une banque ?
Réseaux SociauxTechnologie

Le logo de l’application Calibra de Facebook, piqué à une banque ?

La banque Current a fait remarquer l’étrange similitude du logo de Calibra avec le sien.

Il y’a quelques jours, Facebook annonçait le lancement prochain d’une cryptomonnaie, en collaboration avec 27 partenaires : La Libra. Les transactions en Libra seront possibles sur l’écosystème du réseau social ( Facebook, WhatsApp, Messenger), via l’application Calibra, disponible en version iOS et Android. Malheureusement pour le géant américain, une nouvelle pourrait potentiellement ternir le prestige de son application. La banque Current a fait remarquer l’étrange ressemblance entre le logo de Calibra et le sien, dans un tweet avec comme légende « C’est ce qu’il vous arrive quand il ne vous reste qu’un seul crayon ».

Current est une banque assez jeune lancée en 2017, et qui propose une carte de crédit contrôlée via une application, une offre destinée aux enfants. Elle a ensuite lancé des offres de comptes courants pour adulte, qui donnaient la possibilité de payer ses amis directement via l’application.

Facebook a t’il plagié ?

Une erreur de Facebook est beaucoup plus probable qu’un plagiat, les cercles et les vagues sont des formes très communes, et le monde compte des dizaines de milliers de logos. De plus, la petite vague représente les trois vagues de la Libra, et le fait de la mettre au sein d’une forme ronde fait instantanément penser à une pièce. Le logo de Calibra est donc tout à fait logique.

Malgré tout, la ressemblance avec Current pourrait tout de même lui porter préjudice (raison de plus pour penser que c’était une erreur, vu l’importance que revêt le projet). En effet, la société Calibra, qui gère l’application éponyme, et Current proposant tous deux des services financiers, il y’a un risque de confusion. Dès lors, une plainte semble tout à fait recevable de la part de Current si elle a déposé son logo. Reste à savoir si la jeune banque serait prête à se frotter à une armée d’avocats, alors qu’elle pourrait simplement changer de logo et vendre l’ancien à bon prix.

Send this to a friend