Tim Cook, CEO d’Apple, était ce week-end invité à prononcer un discours devant les diplômés de la promotion 2019 de l’Université de Stanford. Ce type de discours se veut habituellement encourageant et positif. Si Tim Cook l’a été en partie, il en a aussi profité pour tacler quelques entreprises concurrentes, et a surtout dressé un sombre tableau de la Silicon Valley.

Au cours de son intervention, il déclare : « Mais je pense que vous conviendrez que dernièrement, les résultats n’ont pas été clairs et nets. En seulement quatre ans que vous êtes ici, les choses ont pris un tournant décisif. La crise a tempéré l’optimisme. Les conséquences ont remis en question l’idéalisme. Et la réalité a ébranlé la foi aveugle. » Un discours pas facile à entendre pour un jeune diplômé qui rêve depuis sa première année d’intégrer une des entreprises qu’il pensait si innovantes, au coeur de la Silicon Valley.

La protection des données obsède Tim Cook

Afin de rassurer la foule, Tim Cook contrebalance cette affirmation en citant quelques inventions notables tout droit sorties de la Silicon Valley. Évidemment, il évoque l’iPhone, mais également les stories Snapchat, et quelques réseaux sociaux, sans nommer Facebook et YouTube.
Cependant, Tim Cook ne reste pas longtemps sur le ton de l’optimisme et évoque cette fois-ci, le traitement des données. « Mais dernièrement, il semble que cette industrie est de plus en plus connue pour une innovation moins noble – la certitude que l’on peut se vanter sans accepter de responsabilités. Nous le constatons tous les jours avec chaque atteinte à la protection des données, chaque violation de la vie privée, chaque aveuglement tourné vers les discours haineux, les fake news qui empoisonnent notre conversation nationale, les faux miracles en échange d’une seule goutte de votre sang. »

Lancé sur ce sujet qui le préoccupe énormément, lui et son entreprise, Tim Cook continue de s’exprimer : « Si nous considérons comme normal et inévitable que tout élément de notre vie puisse être agrégé, vendu ou même fui en cas de piratage, nous perdons tellement plus que des données. Nous perdons la liberté d’être humain ». Une déclaration certes vraie, mais assez facile à dire pour une entreprise qui génère encore la plupart de ses revenus des équipements matériels. Alors qu’Apple se dirige de plus en plus vers un modèle économique lié aux services, l’entreprise devrait rester prudente par rapport à ses déclarations. Récemment, des plaintes par rapport à la vente de données clients iTunes ont entaché la réputation de la firme de Cupertino.