Dans le plus grand secret, les deux géants américains que sont, Qualcomm et Intel, tentent de faire discrètement pression sur le gouvernement américain pour qu’il assouplisse l’interdiction de Huawei. La société chinoise était un client important. Les entreprises américaines s’inquiètent des répercussions que ce décret national pourrait avoir sur leur chiffre d’affaires.

Huawei faisait vivre les géants américains

En 2018, Huawei a dépensé 70 milliards de dollars (62,3 milliards d’euros) pour acheter des composants électroniques. 11 milliards de dollars (9,8 milliards d’euros) ont été dépensés dans des entreprises américaines comme Qualcomm, Intel, par exemple. Reuters rapporte les propos de responsables de ces entreprises : “il ne s’agit pas d’aider Huawei. Il s’agit seulement de prévenir les préjudices que cette interdiction pourrait causer aux entreprises américaines”.

Qualcomm aimerait pouvoir continuer à expédier des puces à Huawei pour des appareils courants comme les smartphones et les montres intelligentes. L’entreprise est persuadée que cela ne représente aucun danger pour les États-Unis. Au contraire, d’après elle, cette interdiction pourrait même lui causer de sérieux problèmes.

Un décret qui pourrait coûter cher aux États-Unis

Jimmy Goodrich, vice-président de la stratégie mondiale de la SIA (Semiconductor Industry Association), a déclaré que : “pour les technologies qui ne sont pas liées à la sécurité nationale, il me semble qu’elles ne devraient pas entrer dans le champ d’application de l’ordonnance. Et nous avons transmis ce point de vue au gouvernement”.

Google, après avoir dans un premier temps, suivi le gouvernement, a également plaidé pour continuer à vendre du matériel à Huawei. a déclaré le président de Huawei Liang Hua aux journalistes en Chine plus tôt ce mois-ci. Boardcom, un autre fabricant de logiciels, a estimé que les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine feraient chuter ses ventes de 2 milliards de dollars (1,8 milliards d’euros) cette année.