Instagram : vos intérêts publicitaires sont "tout à fait normaux" selon Facebook
Réseaux Sociaux

Instagram : vos intérêts publicitaires sont « tout à fait normaux » selon Facebook

Depuis quelques jours, Instagram permet aux utilisateurs de consulter leurs centres d’intérêt publicitaires dans l’application. Le résultat est des plus surprenants.

Il semblerait que la toile ait trouvé un nouveau challenge : qui aura les intérêts publicitaires les plus farfelus sur Instagram ? Si l’on peut difficilement douter de la qualité du ciblage de l’outil publicitaire de Facebook, pourquoi de tels résultats sur Instagram ? Lors d’une réunion sur le fonctionnement des publicités sur l’écosystème de la société de Mark Zuckerberg, je me suis risqué à demander pourquoi la liste des centres d’intérêt publicitaires était si « bizarre » et bien différente du réseau social principal. Pour Facebook, cette liste est tout à fait normale, mais pas pour le reste d’Internet (et ça fait du monde).

Comment consulter vos centres d’intérêt publicitaires sur Instagram ?

La méthode pour consulter cette liste sur Instagram est très simple, et à la portée de tous. Il suffit de suivre ce chemin :

  1. Paramètres ;
  2. Sécurité ;
  3. Accéder aux données ;
  4. Centres d’intérêt publicitaires.

Comme beaucoup de personnes vous allez vous découvrir des passions pour des régions du monde, des styles de musique, ou des célébrités, jusqu’alors insoupçonnées.

A contrario, sur Facebook, ces centres d’intérêts sont non seulement faciles d’accès, mais ils sont surtout bien plus précis. En vous rendant sur facebook.com/ads/preferences, vous découvrez des films, des jeux vidéo, des pages, ou des thèmes plus généraux comme manga, chats, nature …

Une liste « tout à fait normale » sur Instagram ?

La réponse de Nicola Mendelsohn, VP EMEA de Facebook était claire. Pour elle, les centres d’intérêts publicitaires sur Instagram sont normaux. Bon … Étonnant de voir sur Twitter autant de personnes rire de l’absurdité de leur liste. C’est d’autant plus vrai lorsque je constate que ma liste a changé trois fois depuis.

Vampire, Fixer Upper (TV series), couleur, préfecture du Japon, Leh, Channel 4, Jack Kirby … Aucun rapport avec les comptes que je suis sur Instagram, ce que je like, ou ce que je recherche.

Voici un extrait de ce que remonte l’application. À gauche : le 06/06/19 le matin. Au milieu : le 06/06/19 après-midi. À droite : le 12/06/19 le matin.

Il est surprenant qu’une société comme Facebook ait des outils de catégorisation des utilisateurs qui diffèrent entre deux plateformes. Surtout que mes comptes Instagram et Facebook sont liés ! C’est d’autant plus étrange quand un annonceur paramètre une campagne depuis les outils publicitaires de la firme et qu’il étend la diffusion sur l’ensemble des réseaux sociaux proposés. Le ciblage est-il vraiment le même ? La somme dépensée sur Instagram est-elle plus performante, plus précise, ou est-ce que l’annonce se noie dans les méandres des centres d’intérêts totalement WTF ?

La piste que j’aurais pour justifier cette disparité, c’est l’analyse d’images effectuée sur Instagram. Si l’ensemble de nos interactions sur Facebook est suivi, il est possible qu’ailleurs, le géant ait recours à d’autres technologies, principalement centrées sur l’image, puisque c’est au coeur de l’ADN d’Instagram. Dans ce cas, les centres d’intérêts seraient attribués selon ce qui est analysé sur les contenus que l’on consulte. Ce n’est qu’une spéculation, et peut-être que la réponse est qu’Instagram est tout simplement bien moins intelligente pour nous cibler que Facebook. De quoi laisser lui une bonne marge de progression.

Send this to a friend