Suite au rachat de Ouibus par BlaBlaCar, le leader mondial du covoiturage vient de lancer aujourd’hui ses BlaBlaBus depuis Lyon avec comme objectif d’ajouter au moins 400 villes supplémentaires en Europe.

Proposer des voyages en bus est devenu complètement logique pour BlaBlaCar. Nicolas Brusson, cofondateur et CEO de BlaBlaCar, justifie cette décision en expliquant à l’AFP : « Le covoiturage va aller desservir le point à point, très précis, très granulaire quand le bus va être l’arme low-cost entre les grandes villes ». Avec l’acquisition de Ouibus qui appartenait initialement à la SNCF, BlaBlaCar espère rendre ses bus complémentaires avec les horaires de trains, et pallier les lignes sans correspondances.

Des tarifs évolutifs en fonction de la demande.

Les trajets de BlaBlaBus seront évidemment disponibles depuis le site BlaBlaCar, mais également sur Oui.SNCF qui propose déjà l’option covoiturage depuis décembre. En ce qui concerne les tarifs, ils débuteront à partir de 4,99 €, et augmenteront en fonction de la demande. Un système différent de celui du covoiturage qui propose des prix assez stables, basés sur la distance du trajet effectué. Pour le moment, les BlaBlaBus desservent 15 villes en France, en Belgique, ainsi qu’aux Pays-Bas. D’ici la fin de l’année, BlaBlaCar espère étendre son offre à 70 lignes en Europe. Avec la finalisation du rachat de Ouibus, l’entreprise française sera en mesure de proposer 400 villes-destinations.

La gare de Lyon-Perrache, deuxième point de départ Ouibus après Paris, est en pleine métamorphose, ces hubs jouent une place centrale dans le développement de cette stratégie de transport. Les BlaBlaBus profiteront de plus de 75 millions de membres dans quelque 22 pays.