"WhenInManila.com", l'aventure digitale d'un blog aux Philippines
MarketingRéseaux Sociaux

« WhenInManila.com », l’aventure digitale d’un blog aux Philippines

WhenInManila, histoire d'un blog influent aux Philippines

Les Philippines et ses 7 641 îles recensées officiellement sont un paradis pour plongeurs invétérés où se baladent requins-baleine en migration et tortues centenaires. Pourtant, au-delà de cette image paradisiaque, la capitale, Manille, renvoie une image de ville hybride où se côtoient building ultra-modernes et bidonvilles. Lorsque l’on souhaite découvrir la capitale, que l’on soit « Philippino » ou touriste, l’étape web incontournable à un nom de domaine : « WhenInManila.com« . Rencontre avec Sky Gavin, COO du blog le plus influent du pays.

COO
Sky Gavin, COO du blog « WhenInManila.com »

Bonjour Sky, tu es la Chief Operations Officer de « WhenInManila.com« . Pourrais-tu me parler de ton parcours et de cette belle aventure web ? 

En effet, je suis la COO du blog « WhenInManila.com« . Notre fondateur et éditeur s’appelle Vince Golangco ; c’est lui qui a créé et lancé le blog à son retour des Etats-Unis aux Philippines. De mon côté, ça fait maintenant presque six ans que je fais partie de cette aventure et suis désormais responsable de la programmation éditoriale et du business development. Le site a été l’un des premiers blogs philippins à être créé et à avoir fédéré une communauté aux Philippines mais sa croissance s’est bien accélérée au cours des trois dernières années. 

Vous couvrez de nombreuses thématiques et divers sujets. Quelles sont les caractéristiques principales de votre média en ligne ? 

Nous parlons de tout ce qu’il se passe à Manille ! On écrit à propos de voyage, de fooding, d’événements, de mode, de technologie et de tout ce qu’on peut imaginer. Néanmoins, nous faisons très attention à ne parler que de nos expériences personnelles afin que nos lecteurs aient un vrai référentiel lorsqu’ils souhaitent visiter un lieu ou manger dans un certain type de restaurant.

En tant que média online, quel est votre business model ? J’ai remarqué de nombreuses publicités sponsorisées sur vos pages et je me demandais quelle était votre point de vue sur ce type de publicités et si vous n’aviez pas peur que ça dérange vos lecteurs. 

Effectivement, nous accueillons des posts sponsorisés et vendons de l’espace publicitaire. En revanche, nous essayons de travailler au maximum sur notre design d’articles et la qualité de nos contenus pour que cela ne dérange pas les lecteurs. On réalité, nous sommes en perpétuelle recherche d’amélioration de notre business model puisque nous nous fonctionnons désormais en mode startup : nous cherchons à améliorer tout ce que nous pouvons ! 

Blog Philippines
« WhenInManila.com », un blog basé sur un business model publicitaire

Vous comptez une grosse communauté de rédacteurs : que pensez-vous de ce mode de fonctionnement collaboratif ? Êtes-vous convaincus que tout passe par l’engagement de votre communauté ? 

Oui, effectivement ! Nombre de nos rédacteurs et photographes ont été des lecteurs fidèles avant de devenir contributeurs. Lorsque que l’on remarque un potentiel, on essaie au maximum de l’encourager à pratiquer sa passion et de leur permettre d’engranger une expérience valorisante pour la suite de sa carrière. Comme nos lecteurs sont issus de différentes classes sociales et communautés, nos rédacteurs nous aident à répondre à leurs besoins et à leur fournir de bonnes informations et conseils. 

Vous semblez avoir mis en place une excellente stratégie social media ; 2,8 millions de fans sur Facebook, 83k de followers sur Twitter et j’en passe… Quelle a été votre stratégie au niveau des réseaux sociaux depuis le lancement du blog et quelle est-elle aujourd’hui ? 

Notre fer de lance reste quand même notre site internet donc nos réseaux sociaux sont très utiles. A travers chaque réseau social, on cible des communautés différentes, particulières alors on fait en sorte d’exploiter au maximum les différents réseaux sociaux comme leviers de communication pour générer du trafic sur notre site internet. La complémentarité de ces supports nous permet de diffuser nos contenus au plus grand nombre ; quant à notre stratégie, elle est simple : trouver le meilleur moyen d’augmenter notre trafic en analysant les dernières tendances et en les testant au jour le jour. Nous avons beaucoup appris en terme de stratégie grâce à Facebook qui met en ligne des outils de management de la publicité online, des outils éditoriaux et nous étudions aussi régulièrement leurs mises à jour.

Globalement, peux-tu me dire quelle place ont les blogs aux Philippines et me résumer l’évolution digitale du pays en quelques étapes principales ? 

Les Philippins sont très friands de réseaux sociaux ! La majeure partie de la communication dans notre pays se fait via Facebook Messenger ou les Direct Messages d’Instagram. Même si le pays est en retard lorsqu’on parle de tendances digitales, de nombreux blogueurs ont lancé leur site que ce soit à travers des articles écrits mais aussi des vidéos. D’ailleurs, de nombreuses marques philippines se sont lancées à la « conquête » du digital et cela offre la possibilité à de plus en plus de blogueurs / vlogueurs d’en faire leur métier. Malgré tout, comme ça fait maintenant un moment que les premiers ont commencé à produire du contenu, il est important de se différencier et de demeurer le plus pertinent possible. 

Les blogs au début, les réseaux sociaux il y a peu, des formats novateurs comme les stories ou les lives aujourd’hui, le big data et bien d’autres choses encore pour l’avenir… A ton avis, quel est le futur du monde numérique ? 

Cet univers continuera à évoluer. Je pense que les tendances d’hier se rassemblent et se complètent pour devenir les obligations de demain. Blog, réseau social, vidéo, jeux concours etc., tout cela est complémentaire lorsqu’on parle « digital ». Les possibilités sont infinies au niveau numérique mais comme les tendances mettent du temps à parvenir jusqu’au Philippines et plus encore, à être adoptées car le pays ne se développe pas aussi vite que d’autres… Il y a encore tellement à apprendre pour la population philippine ! 

Ici, la transformation digitale est assez lente et beaucoup plus difficile à réaliser que pour les pays voisins. Si on prend l’exemple de Singapour, tout ou presque est digitalisé ou « high-tech » ! Aux Philippines, par exemple, nos formulaires sont encore remplis à la main…

En ce moment, on parle beaucoup d’Instagram et de ses fameux influenceurs. De quelle manière le marketing d’influence a-t-il transformé la communication digitale aux Philippines et quelle est ta vision de l’avenir du marketing d’influence ? 

Il y a TELLEMENT d’influenceurs, ici, aux Philippines. De nombreuses marques locale mais aussi internationales ont mis une partie de leur budget marketing entre les mains de ces « digital natives ». L’industrie des médias a complètement changé ; le marketing d’influence croque désormais sa part du gâteau dans les budgets marketing globaux et se met à la même table que la télévision, radio, le print ou les sites web ! Pour la plupart des marques, ça permet de bénéficier d’un contenu esthétique qui diffuse également leurs messages et contenus. Je crois vraiment que le marketing d’influence continuera de croître dans notre pays, surtout parce que les influenceurs trouvent les moyens de s’adapter aux nouvelles fonctionnalités des réseaux sociaux et de se les approprier. Et ils continueront encore de produire du contenu créatif et pertinent qu’Instagram décide ou non d’enlever le compteur de likes… 

Que représente « WhenInManila.com » en terme de statistiques et quels sont vos plans pour la suite de cette belle aventure online ? 

Notre blog génère en moyenne une dizaine de millions d’impressions sur les réseaux sociaux chaque jour et environ 6 millions de visiteurs uniques par mois. Nous souhaitons vraiment continuer à adresser du contenu qualitatif à nos lecteurs et être certains que ces derniers sont adéquats et ciblés. Nous avons aussi un plan de développement qui s’appuie fortement sur notre production de contenus. Le nerf de la guerre…

Send this to a friend