Pour le directeur technique du National Cyber Security Center de Grande-Bretagne, les mesures prises par Huawei sur ses smartphones, pour faire face à de potentielles cyberattaques, sont de “piètre qualité”. Comme l’explique The Guardian, le Royaume-Uni demande au géant chinois de faire des efforts pour améliorer cela.

Le Royaume-Uni estime que les normes proposées actuellement par Huawei, notamment pour ses smartphones, sont en dessous de la qualité de celles proposées par ses concurrents. Décidément, depuis plusieurs semaines, Huawei est au cœur de la tourmente. Donald Trump décrétait récemment l’état d’urgence nationale aux États-Unis, ce qui signifie purement et simplement que le géant technologique chinois est banni du territoire américain.

La promulgation de ce décret s’appuie sur l’International Emergency Economics Power Act, une loi de 1977 qui donne au président américain la possibilité de contrôler le commerce en cas « d’urgence nationale ». C’est justement ce qu’instaure le décret de Trump concernant le bannissement des entreprises de télécommunications « à risque ». Ce décret était dans les tuyaux depuis un certain temps, mais avait été maintes fois décalé.

C’est la première fois que des responsables britanniques font part de leurs préoccupations concernant Huawei. Ian Levy, haut responsable britannique a déclaré cela : “Huawei construit des systèmes de sécurité très différents de ceux de ses homologues occidentaux. Cela s’explique en partie par la rapidité avec laquelle l’entreprise a grandi, mais aussi par le fait de la culture. Aujourd’hui, nous estimons que les mesures de sécurité prises par Huawei concernant ses smartphones, sont mauvaises et pensons que la société doit y remédier”.

Les dirigeants de Huawei s’engagent à mettre des mesures en place et promettent de débloquer un budget de près de 2 milliards de dollars (1,76 milliards d’euros) pour améliorer les systèmes de défense de ses appareils. L’entreprise précise que ce travail pourrait prendre jusqu’à 5 années.