Et si la période des fusées géantes, des vaisseaux spatiaux et des machines ultra complexes était révolue ? C’est en tout cas l’hypothèse qu’émettent des chercheurs d’Harvard. En effet, une équipe travaille actuellement sur le développement d’un “soft-robot”. La robotique molle est une nouveau domaine d’exploration pour bon nombre de chercheurs. Un robot fonctionnant à l’air comprimé et pouvant être piloté à distance.

Au départ, un constat assez simple : l’exploration spatiale demande énormément de temps et coûte extrêmement cher. Pourquoi ne pas imaginer un robot nouvelle génération, capable de découvrir l’espace sans avoir toutes ces problématiques ? Des chercheurs d’Harvard ont décidé de creuser dans cette direction. Il semblerait qu’ils aient trouvé un moyen de simplifier les choses. Le prototype d’un robot mou a déjà vu le jour. Il s’agit d’un petit robot à air comprimé, sans câbles immenses et ne nécessitant pas d’infrastructures démesurées. Il pourrait vraisemblablement partir, un jour, à la conquête de l’espace.

Ce petit robot a 4 jambes. En réalité, il ressemble à une croix. Même s’il n’aura pas l’apparence d’un humanoïde, comme nous aurions pu en rêver (ou pas), son développement pourrait s’avérer intéressant pour les acteurs du marché. Les chercheurs de l’Université d’Harvard estiment qu’il pourrait aussi servir sur Terre pour des actions de sauvetage par exemple. Il n’aurait aucun problème pour se frayer un chemin sur un terrain accidenté. De plus, son prix pourrait être très abordable. Vous pouvez le découvrir juste ici :

Le développement des robots est un secteur porteur. De nombreuses sociétés s’y intéressent. Parmi elles, Boston Dynamics fait des prouesses. À ce propos, la commercialisation de son robot SpotMini est en passe de voir le jour. Après des mois et des mois de test, où il avait prouvé son habilité à ouvrir les portes, ou encore ses capacités de traction phénoménales entre autres choses, SpotMini à enfin atteint sa version destinée à la production.