Ce samedi soir, lors de la finale de la Ligue des Champions, la messe du football européen, une femme s’est introduite sur le terrain en maillot de bain, causant l’interruption de l’évènement pendant quelques secondes. Son audace lui a valu de gagner plus d’un million de followers en quelques heures, cependant, Instagram semble n’avoir pas beaucoup apprécié cette promotion pas très légale, et aurait supprimé son compte.

À la base, un coup de pub extraordinaire

Kinsey Wolanski, voilà le nom de la jeune femme qui aura, somme toute, le plus enflammé les réseaux au détriment de toutes les stars du foot dans la nuit du samedi 1er juin au dimanche 2 juin. La jeune femme a interrompu la finale de la Ligue des Champions en courant avec un maillot de bain affublé du logo d’un site pornographique. Un joli coup de pub. Le site en question a gagné une communication gratuite valorisée à 3,9 millions de dollars par le Mouv’, un chiffre qui devrait encore augmenter. Surtout, le nombre d’abonnés du compte Instagram de la top model est passée de 300 000 à plus de deux millions en 24 heures. Une ascension folle coupée en plein élan par Instagram.

Instagram prend des mesures pour éviter les problèmes ?

Selon The Sun, Instagram a pris la décision de fermer le compte de l’instagrameuse, cela expliquerait son inaccessibilité depuis plusieurs heures. Une décision qu’on peut interpréter comme un exemple, afin de ne pas encourager les pratiques « illégales » pour booster la visibilité. Il faut dire que le groupe Facebook, détenteur d’Instagram, a eu déjà beaucoup de reproches de la part des gouvernements pour son laxisme à endiguer les comportements inappropriés. Or, ce genre d’action pourrait encourager des idées plus osées (imaginons un lancer de tarte à la crème sur le président), et Instagram ne peut plus prendre ce risque. Certains s’étonneront néanmoins que le géant américain donne l’exemple avec Wolanski, étant donné que le YouTubeur IbraTV avait réalisé la même prouesse sans sanctions lors de l’Euro 2016. Une autre possibilité, relayé par un supposé compte Twitter de la top model, serait qu’elle se serait fait hacké. Mais la fiabilité de ce compte est douteuse.

Si la fermeture de son compte est bien le fruit des actes d’Instagram, cela soulève deux questions. Peut-on bannir quelqu’un pour quelque chose qu’il n’a pas pleinement revendiqué ? Imaginons que quelqu’un se fasse remarquer pour un acte de contestation, et qu’il gagne en visibilité. Son bannissement serait au final une atteinte à la liberté d’expression. De façon plus générale, cela ouvre aussi la voie à des sanctions sur les réseaux sociaux pour nos comportements dans la vie réelle, quelque chose d’assez inquiétant.

Deuxième question, cette décision ne pourrait-elle pas avoir une influence sur l’avenir des réseaux sociaux ? Le buzz par l’audace n’est pas nouveau, et c’est ce qui a permis à un grand nombre de personnes de gagner en visibilité et d’attirer des gens sur les plateformes du groupe Facebook. Si Instagram sanctionne le buzz, ce serait au final sa propre économie qu’il pourrait sanctionner à l’avenir.

S’il y a une chose sur laquelle il ne faut pas s’inquiéter concernant cette histoire, c’est bien concernant l’avenir de la jeune femme. Liverpool, qui a créé son compte TikTok il y’a peu, ou les entreprises ayant besoin de gagner en visibilité sur les réseaux sociaux devraient s’arracher ses services après un tel coup de maître en matière de Com’. Dans le cas contraire, les médias vont également se battre pour l’entendre, l’audace n’a pas fini de payer dans notre société.