Un décret daté du 29 mai 2019, autorise officiellement les tests d’une version dématérialisée de la carte Vitale. Cette phase d’expérimentation devrait durer 1 an. Cette initiative d’Agnès Buzyn, ministre de la Santé, s’apprête enfin à se concrétiser. Dans un premier temps, la carte Vitale numérique sera déployée dans le Rhône, ainsi que les Alpes-Maritimes, jusqu’à fin mai 2020. Il faudra attendre 2021 pour que l’application smartphone et tablette soit généralisée.

À quoi s’attendre avec ce nouveau dispositif ?

La version digitale de la carte vitale sera uniquement utilisable auprès des professionnels de santé ayant souhaité participer à la mise en place de ce service. Durant la phase d’expérimentation, l’application sera gratuite pour les rattachés aux caisses primaires d’assurance maladie du Rhône et des Alpes-Maritimes. Par ailleurs, les adhérents aux caisses de la mutualité sociale agricole Ain-Rhône et Provence-Azur pourront aussi tester ce nouveau dispositif.

Avant que cette e-carte soit généralisée, les médecins et autres professionnels de santé devront rendre un rapport sur leur expérience à la ministre de la Santé. De la manière que la carte Vitale traditionnelle, l’application permettra d’utiliser ce service facilement, et surtout donnera plus d’informations sur son propriétaire ainsi que sur ses ayants droit. Une nouveauté à ne pas négliger, le titulaire de carte dématérialisée peut, s’il le souhaite, en déléguer l’usage à une personne de son entourage. Évidemment, cette personne en question doit aussi posséder l’application.

Si perdre son smartphone est moins fréquent que perdre sa carte Vitale, il est tout de même nécessaire d’envisager tous les cas de figure. Dans une situation de perte ou de vol de téléphone, son propriétaire devra impérativement en informer sa caisse d’assurance maladie.