En cette année 2019, l’innovation technologique fait partie de tous les éléments de notre vie quotidienne. Et cela se vérifie particulièrement en ce qui concerne l’intelligence artificielle. Alors que de grands acteurs du digital comme Google se servent de cette technologie pour faire avancer le secteur de la santé, d’autres acteurs l’utilisent d’une façon plus surprenante. C’est notamment le cas d’une distillerie suédoise qui a créé le premier whisky produit par une intelligence artificielle. De quoi bien prouver que cette révolution technologique peut toucher tous les aspects de notre vie, des plus sérieux aux plus légers. Aujourd’hui, on vous le montre en vous expliquant l’impact qu’a l’intelligence artificielle sur l’ensemble du monde du jeu, des jeux vidéo au poker en passant par les échecs.

L’intelligence artificielle et le jeu, une histoire qui a débuté il y a bien longtemps

Si vous pensiez que la révolution liée à l’intelligence artificielle était récente, vous risquez d’être surpris. En réalité, dès la fin des années 1970, des scientifiques avaient compris que les robots allaient devenir de sérieux concurrents pour les joueurs en tout genre. Ainsi, en 1979, à Monte-Carlo, le robot ” Gammanoid ” a fait parler de lui pour la toute première fois en affrontant le vainqueur du championnat du monde de backgammon. En dépit de quelques imprévus qui ont ruiné la mise en lumière de ce robot si particulier, la victoire a bel et bien été assurée par la machine face à Luigi Villa. Score final : 7 à 1.
Alors que ce premier succès du robot sur l’homme dans un jeu populaire aurait pu signer le début d’une révolution informatique, en réalité, il a ensuite fallu attendre les années 2000 pour voir l’intelligence artificielle rivaliser directement avec les plus grands joueurs en tout genre du monde. Dans les faits, c’est grâce aux progrès incroyables du deep learning que le sujet avance si vite désormais.

©Pixabay

L’intelligence artificielle et les échecs

Avant d’inquiéter de plus en plus les joueurs de poker et les gamers, l’intelligence artificielle s’est surtout fait remarquer dans le monde des échecs. En 1997, pour la première fois dans l’histoire du jeu, une machine, le DeepBlue d’IBM, a battu Gary Kasparov, le meilleur joueur d’échecs du monde à l’époque. Depuis, le Russe a digéré cette défaite et affirme même haut et fort que ” l’intelligence artificielle nous rendra plus humains “, comme il l’a récemment expliqué au journal Le Parisien. De son côté, la technologie ne s’est pas arrêtée là, bien au contraire.
L’an dernier, la société DeepMind a présenté la dernière version de son intelligence artificielle, baptisée AlphaZero, à savoir un réseau neuronal qui a appris à jouer aux échecs mais aussi au shogi et au Go, deux jeux de stratégie japonais, et qui a surtout réussi à devenir un champion incontesté dans ces trois activités. En utilisant des réseaux de neurones artificiels, AlphaZero a appris les règles de base puis a joué des millions de parties contre elle-même, sans aucune intervention humaine. En 9 heures à peine, le système est devenu imbattable (ou presque) aux échecs. Cette performance lui a permis de battre la star des programmes informatiques d’échecs, Stockfish, en seulement 4 heures. Sur 1000 parties, AlphaZero s’est imposé 155 fois et a perdu seulement 6 fois. C’est dire que, dans ce combat, le joueur humain n’avait aucune chance !

L’intelligence artificielle dans le poker

Si l’intelligence artificielle domine aujourd’hui clairement le monde des échecs en compliquant plus que jamais la tâche des joueurs humains, force est de constater que le phénomène concerne également de plus en plus le monde du poker, que l’on a pourtant longtemps cru protégé. En effet, ce qui fait las règles du poker, c’est qu’il est impossible de deviner tous les paramètres de jeu. Avoir des connaissances en mathématiques et notamment en probabilité est d’une grande aide, mais cela ne suffit pas pour avancer en toute sécurité dans le jeu. Outre les jeux des concurrents qui sont des inconnues imprévisibles, il existe aussi une part de mystère liée aux coups de bluff forcément associés à l’univers du poker.

Pourtant, depuis quelques années, l’intelligence artificielle s’invite bel et bien dans nos parties de Texas Holdem et d’Omaha Hi-Lo. Plus précisément, c’est en début d’année 2017 qu’un programme informatique, baptisé Libratus et développé par des chercheurs de l’Université de Carnegie Mellon, a remporté pour la première fois un tournoi de poker face à quatre joueurs professionnels, après 20 jours de jeu et deux ans d’essais. Verdict, pendant ce tournoi, Libratus a virtuellement remporté 1,8 million de dollars. De quoi bien montrer que les machines constituent des rivaux de taille pour les joueurs de poker.

©Pixabay

L’intelligence artificielle dans le jeu vidéo

Dans l’univers du gaming, l’intelligence artificielle est largement exploitée pour résoudre des bugs et permettre aux joueurs de vivre une expérience toujours plus immersive et réaliste. Mais la technologie peut-elle inciter les gamers à améliorer leur niveau de jeu ? Pendant longtemps, encore une fois, on pensait que non. En tout cas, jusqu’à il y a peu, l’intelligence artificielle peinait à concurrencer les réels gamers dans le cas du jeu vidéo StarCraft. La faute à des parties du territoire qui restent dissimulées aux protagonistes et au fait que le jeu se pratique en équipe, ce qui complexifie les inconnues à appréhender pour la machine.
Et finalement, en janvier dernier, pour la première fois, une machine conçue par Deepmind a battu deux des meilleurs joueurs au monde de StarCraft 2. Pour frapper plus fort que les champions humains, l’intelligence artificielle a ingurgité l’équivalent de 200 années de jeu en quelques jours. Elle s’est par ailleurs améliorée en jouant contre elle-même. Verdict, 10 victoires à 1 pour la machine ! Cette fois, c’est certain, l’humain a de la concurrence !
En marge de tout cela, on notera que d’autres jeux plus traditionnels résistent encore à l’essor de l’intelligence artificielle. C’est notamment le cas du Bridge, même si plusieurs start-ups travaillent au développement d’un robot qui pourrait causer des frayeurs aux joueurs réels. On notera entre autre l’action d’une entreprise française baptisée NukkAI, qui illustre bien le fait que, au fond, tout le monde aime jouer et relever des défis, quels qu’ils soient.