Cette semaine nous relations que trois utilisateurs iTunes originaires du Rhode Island, et du Michigan poursuivaient Apple en justice. Ils estiment que la firme de Cupertino a vendu les données utilisateurs à divers annonceurs, sans permission. Pour rappel, les trois plaignants réclament 250 dollars pour chaque client iTunes du Rhode Island, et 5000 dollars pour ceux du Michigan.

Le procès prétend qu’Apple a divulgué des informations personnelles sur les écoutes iTunes, permettant aux développeurs d’applications d’avoir accès aux bibliothèques iTunes grâce au framework Media Player. Cependant, Variety précise que les data brokers, courtiers en données recueillent leurs informations auprès de nombreuses sources. Par exemple, ce type de données peuvent être obtenues à partir de dossiers financiers qui ne sont pas en lien direct avec Apple.

La documentation Media Player continue d’indiquer que les développeurs doivent obtenir l’autorisation des utilisateurs pour accéder aux bibliothèques musicales. De plus, il est précisé qu’ils ne sont « pas autorisés à utiliser ce framework pour recueillir de l’information concernant le contenu audio des utilisateurs ou pour utiliser cette information à toute autre fin que pour lire du son sur leur application ». Si le tribunal confirme qu’Apple a été trop laxiste à ce sujet il y a quelques années, les plaignants estiment que c’est toujours le cas.

Ces accusations contrastent avec le message d’Apple et protection de la vie privée. Dès l’introduction du dossier les plaignants on placé la publicité d’Apple lors du CES 2019. Sur cette affiche on peut lire : « Ce qui se passe dans votre iPhone, reste dans votre iPhone. »

Wheaton et al v. Apple by on Scribd