Suite à de nombreuses années de débat, l’OMS a finalement tranché, la pratique excessive du jeu vidéo est reconnue comme un trouble. Cette terminologie prendra effet le 1er janvier 2022.

Un long débat entre scientifiques et acteurs du jeu vidéo.

L’OMS décrit ce trouble du jeu vidéo comme étant un « un comportement qui se caractérise par une perte de contrôle sur le jeu, une priorité accrue accordée au jeu, au point que celui-ci prenne le pas sur d’autres centres d’intérêt et activités quotidiennes, et par la poursuite ou la pratique croissante du jeu en dépit de répercussions dommageables ». Déjà en 2014, l’OMS avait reconnu le terme « jeu pathologique » définit comme étant un « trouble consistant en des épisodes répétés et fréquents de jeu qui dominent la vie du sujet au détriment des valeurs et des obligations sociales, professionnelles, matérielles et familiales ». Ce trouble était classé dans la même catégorie que la pyromanie, et la kleptomanie. En 2018, l’OMS a relancé ce débat entre la communauté scientifique et les acteurs du jeu vidéo.

Cependant, malgré ce décret, l’ONU tient à préciser que le trouble du jeu vidéo « ne touche qu’une petite partie des personnes qui utilisent des jeux numériques ou des jeux vidéo. Néanmoins, tout joueur doit être attentif au temps passé sur les jeux, en particulier si ses activités quotidiennes en pâtissent, ainsi qu’à tout changement physique ou psychologique, sur le plan social et celui de sa santé, qui pourrait être attribué à un comportement de jeu ». De son côté, Simon Little, PDG de l’IFSE (Interactive Software Federation of Europe) dénonce : « La notion de “trouble du jeu vidéo” de l’OMS ne repose sur aucune preuve suffisamment solide justifiant son intégration dans l’un des outils normatifs les plus importants de l’OMS. Une fois ajoutées à la liste, ces notions peuvent y rester, à tort, pendant des années ».

La Chine reconnaît depuis longtemps ce trouble, et particulièrement chez les plus jeunes. Le pays compte le taux le plus élevé de myopie infantile au monde. Pour protéger les yeux de ses jeunes citoyens, la Chine a décidé de limiter la sortie de nouveaux jeux vidéo en ligne et le temps passé devant ces derniers.