Brainchild, c’est le nom de cette jeune société qui cherche à comprendre comment le cerveau d’un bébé, fonctionne. D’un point de vue neuro-scientifique, que se passe-t-il au moment de la naissance ? Comment un tel flot d’informations peut-il être régulé ? La startup veut détecter les problèmes potentiels chez un nouveau-né et être en mesure de les résoudre.

Brainchild Technologies imagine des solutions pour suivre les progrès neurologiques du cerveau des bébés. Par ailleurs, la startup vient juste de remporter le TRAILS (Traction and Implementation Leads to Solutions) de Cambia Grove, un concours d’innovation à Seattle. Premier défi pour la société : travailler sur l’audition des bébés.

Percer le secrets des nouveau-nés

Brainchild cherche aussi à vérifier le réflexe de succion d’un nouveau-né. Il s’agit d’un réflexe archaïque qui permet au bébé naissant, placé sur le ventre de sa mère de ramper jusqu’au sein. Carly Kiselycznyk, fondatrice de Brainchild, précise que : “nous proposons un appareil bon marché que les parents peuvent utiliser à la maison”.

En remportant ce concours d’innovation, Brainchild gagne, non pas de l’argent, mais deux semaines en milieu hospitalier pour tester son matériel de façon immersive. La société pourra donc mettre à l’épreuve ses différentes technologies au Children’s Hospita de Los Angeles, au Seattle Children’s Hospital et au OHSU Doernbecher Children’s Hospital. L’expérimentation est en général le problème majeur pour les entreprises de la health tech. Grâce à ces deux semaines, Brainchild pourrait faire un bond en avant.

Un jour, la startup collaborera certainement avec le Yonsei University Health System. Un hôpital ultra moderne, qui ouvrira normalement en février 2020, en Corée du Sud. Le pays fait clairement office de pionnier en matière d’innovation technologique. Les futurs visiteurs de cet hôpital coréen seront confrontés à des technologies qu’ils connaissent à peine. Reconnaissance faciale, commande vocale, mais la grande nouveauté, c’est l’apparition des hologrammes, pour permettre aux malades contagieux de voir leurs proches.