Google a créé une intelligence artificielle capable de détecter le cancer du poumon
Intelligence Artificielle

Google a créé une intelligence artificielle capable de détecter le cancer du poumon

Les chercheurs de Google et l’hôpital universitaire de Northwestern se sont unis pour élaborer une IA capable de détecter le cancer du poumon

Des chercheurs de Google et de l’hôpital universitaire de Northwestern ont créé un modèle d’IA capable de détecter le cancer du poumon à partir de tests de dépistage. Il faut savoir que ce cancer est le plus meurtrier de tous, plus que le cancer du sein, qui lui aussi est désormais détectable grâce à l’intelligence artificielle. Le problème réside dans le fait que la majorité des cancers sont identifiés à des stades déjà très avancés, ce qui diminue les chances de survie du patient. C’est pourquoi Google est déterminé à changer cela en rendant les analyses plus précises, mais aussi plus accessibles.

Une intelligence artificielle bien entraînée

Pour tester le modèle, Google a demandé à ce que 45 856 scanners thoraciques soient examinés par l’IA. Par la suite, les résultats ont été comparés avec ceux de six radiologues certifiés. Le programme a détecté 5% de plus de cas de cancer que ces derniers et a également réduit de 11% les faux positifs. Pour dépister le cancer du poumon, les radiologues visionnent généralement des centaines d’images, là où l’IA de Google, grâce au deep learning, peut générer une prédiction globale de la malignité du cancer, identifier des tissus malins subtils ou encore des nodules pulmonaires souvent difficiles à voir à l’oeil nu. Le modèle de Google a été formé depuis une étude menée par le National Institutes of Health (NIH) sur la tomodensitométrie (TDM), comprenant plus de 42 000 scanners thoraciques pris auprès de 15 000 patients, dont 578 ayant développé un cancer en l’espace d’un an.

« Le système d’intelligence artificielle utilise le deep learning 3D volumétrique pour analyser l’anatomie complète du scanner thoracique, ainsi que des correctifs basés sur des techniques de détection d’objets identifiant des régions présentant des lésions malignes » indiquent Shravya Shetty, responsable technique de Google et Daniel Tse, le chef de produit.

De nombreuses intelligences artificielles ont été développées au cours des dernières années pour prévenir des cancers mais également des maladies neurodégénératives telles qu’Alzheimer. Cela prend du temps et coûte cher, mais les résultats sont là.

2 millions de morts chaque années

Selon les données de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le cancer du poumon est l’une des principales causes de décès sur Terre, faisant plus de deux millions de victimes par an. Une analyse réalisée en 2015 révèle que seulement 2% à 4% des patients subissent un dépistage par TDM. Google indique dans son article de blog que « en montrant que le deep learning peut accroître la spécificité sans sacrifier la sensibilité, nous espérons susciter davantage de recherches et de discussions sur le rôle que l’IA peut jouer pour faire basculer la balance coûts-avantages du dépistage du cancer ».

Bien que le modèle nécessite encore des recherches cliniques et des tests supplémentaires avant de pouvoir être déployé, Google affirme que les résultats sont encourageants. À l’instar de ses autres modèles de détection de maladies basées sur l’IA, comme celui pour les lésions rénales aiguës, Google espère qu’il rendra la détection plus accessible pour sauver le plus de vies possible.

Send this to a friend