Les ambitions du géant américain sont claires : conquérir le marché de la livraison de repas en Europe. En investissant chez Deliveroo, il semblerait qu’Amazon ne se soit pas trompé. 515 millions d’euros, c’est le montant qu’a décidé de placer Amazon sur son poulain. Cette opération permet à Deliveroo de réaliser une levée de fonds totale, depuis son existence, de 1,35 milliard d’euros.

À la fin de l’année 2017, la startup de livraison alimentaire européenne a complètement explosé. Elle a fait disparaître certains de ses concurrents et s’est associée à TripAdvisor pour livrer encore plus de repas. À cette même époque, Deliveroo a été évaluée à plus de 1,8 milliard d’euros. Avec cette nouvelle levée, l’entreprise pourrait prétendre à une évaluation encore supérieure. Quelle croissance fulgurante pour la société britannique, qui vient seulement de fêter ses 6 ans !

Les services de Deliveroo sont déjà accessibles dans plus de 14 pays à travers le monde. On retrouve évidemment le Royaume-Uni, l’Allemagne, la France, l’Espagne, mais aussi les États-Unis, Singapour, Taiwan et l’Australie. Des premières rumeurs commencent à lancer penser qu’Amazon pourrait utiliser Deliveroo pour l’intégrer à son offre Prime. Rien n’est encore certain. Dans tous les cas, cet investissement est un aveu clair de la part du géant américain : Deliveroo est plus fort qu’Amazon Restaurants.

Le service de restauration alimentaire d’Amazon a été définitivement fermé en Europe, mais il continue d’exister (pour le moment) aux États-Unis. Dans le détail, Deliveroo travaille actuellement avec 80 000 restaurants et 60 000 livreurs. Ces chiffres sont certainement amenés à augmenter considérablement avec l’arrivée d’Amazon. Will Shu, PDG et fondateur de Deliveroo précise que : “Amazon a été une source d’inspiration personnelle, mais aussi pour l’entreprise. Nous sommes impatients de travailler avec une organisation aussi obsédée par les clients. L’arrivée de ce géant devrait nous permettre de faire grossir nos équipes et de s’intéresser à de nouveaux marchés”.