Vendredi, le Luxembourg et les États-Unis ont signé un mémorandum d’entente à propos de l’exploitation minière des astéroïdes. Le gouvernement américain actuel apprécie l’idée de privatiser des vols dans l’espace pour des marques. À présent, les États-Unis cherche à signer des accords avec les pays ayant les même rêves de conquête spatiale. C’est pourquoi ces deux pays se sont logiquement rapprochés.

Au cours de l’officialisation de ce pacte, le vice-Premier ministre du Luxembourg, Étienne Schneider, a déclaré sans complexe vouloir faire de l’exploitation minière des astéroïdes une réalité. Le Département du Commerce des États-Unis a tenu à revoir ses propos en précisant qu’il s’agit plus d’un support pour les équipes, plutôt qu’une alliance formelle. En tant que membre de l’Union européenne, le Luxembourg n’est pas en capacité de prendre de telles décisions sans en informer ses voisins européens.

Néanmoins, il ne serait pas surprenant que le commerce spatial bénéficie d’une aide non négligeable pour son développement, grâce à cet accord. Toutefois, il faudra encore plusieurs années pour se rendre compte des résultats. Les objectifs affiché par ce Memorandum of Understanding sont : « Promouvoir la coordination des politiques, en priorité pour établir un cadre international régissant les activités d’exploration, d’utilisation et d’exploitation des ressources spatiales. Ainsi, le mémorandum va faciliter la recherche, l’exploration, le développement et l’utilisation de l’espace, pas uniquement pour ces deux pays, mais aussi pour les instituts de recherche et pour le secteur spatial privé. »